Spread the love
fbf-houngbédji
Le Président Houngbédji a l’écoute des membres de la Fbf

Les membres du Comité exécutif de la Fédération béninoise de football (Fbf) ont été reçus hier au cabinet du président de l’Assemblée nationale. Au terme de l’audience, le président Adrien Houngbédji a promis prendre à bras le corps la situation pour une sortie de crise.

Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji promet un dégel de la crise qui secoue la Fédération béninoise de football (Fbf). Il l’a fait savoir aux membres du Comité exécutif. Ainsi, pendant près d’une heure d’entretien avec ses hôtes, le président Augustin Ahouanvoèbla et les autres membres à savoir Valère Glèlè, Ildevert Gnikpo, Liamidi Soumanou, Faustin Godovo et Sahada Issifou ont exposé les contours de la crise qui secoue la Fbf et qui, malheureusement, ne trouve pas d’issue jusque-là. L’entretien a mis en exergue la trop grande complicité du gouvernement à travers le ministère des Sports avec les dissidents du Comité exécutif. Au sortir de l’audience, un membre du Comité exécutif s’est confié à la presse. Il s’agit de Ildevert Gnikpo.

Idelvert Gnikpo, membre du Comité exécutif de la Fbf : « Nous avons constaté depuis quelques temps que l’heure est grave par rapport à la situation que nous sommes en train de vivre pour ce qui concerne le football au Bénin. Et nous avons dû envoyer d’urgence une lettre d’audience au président de l’Assemblée nationale qui est la deuxième personnalité de l’Etat. Ce matin, il nous a reçus et il a constaté avec nous que l’heure est vraiment grave. Il nous a demandé les démarches que nous avons pu mener jusque-là. Ce que nous lui avons expliqué clairement. Il nous a promis que dès aujourd’hui, il va prendra son bâton de pèlerin pour voir ce qu’il en est exactement. Vous savez qu’on nous a parlé injustement d’un retrait d’agrément. Un agrément qui n’existe nulle part. Sans faire la langue de bois, nous allons vous dire que c’est le ministre de la Jeunesse, des Sports et Loisirs qui est le maître d’œuvre, celui-là qui détruit le football béninois parce qu’un ministre n’est rien d’autre qu’un conseiller du Chef de l’Etat. Même si les uns et les autres disent que le chef de l’Etat aille dans un sens, le ministre est là pour lui dire la vérité des faits. Mais ce qu’on constate aujourd’hui est que le ministre a pris fait et cause pour ceux-là, nos détracteurs au niveau du Comité exécutif. Nous n’allons pas lui permettre cela parce que nous, nous sommes des élus. On a été élu le 30 septembre 2013. Donc, nous ne pouvons pas laisser un ministre nommé, venir détruire notre football. Notre souhait aujourd’hui est que le problème soit réglé et surtout au niveau de la première personnalité de l’Etat. Il faudrait que le président de la République agisse afin que la jeunesse et toute la population béninoise puissent retrouver leur passion qui n’est rien d’autre que le football ».

 Propos recueillis par Thobias G. Rufino (Br Ouémé/Plateau)