Spread the love
oswald-homéky
Oswald Homéky met en garde Yayi

Le débat sur la révision ou non de la Constitution béninoise a été au coeur des échanges à Parakou, le samedi 14 mars 2015, à l’occasion du congrès constitutif de la ‘’Ligue des jeunes, leaders’’. C’est le président du « Front pour l’alternance 2016 », Oswald Homéky qui, dans un appel solennel, conseille au chef de l’état de retirer, son fameux projet qui traine toujours sur la table du président de l’Assemblée nationale. Sans faire la langue de bois, ce dernier a donné un ‘’ultimatum’’ à Yayi Boni pour s’exécuter.

La Constitution béninoise du 11 décembre 1990 ne doit pas être révisée du temps du régime de Yayi Boni. Le débat reste ouvert, aussi bien dans les chapelles politiques que dans les couvents de la société civile, malgré une décision de la Cour constitutionnelle sur la question. Le samedi dernier à Parakou, le président du ‘’Front pour l’alternance 2016’’ est revenu là-dessus lors de sa participation au congrès de la ‘’Ligue des jeunes leaders’’. Selon les propos de Oswald Homéky, « le 06 avril 2016 à midi, un autre Béninois prêtera serment au Bénin ». Pour y parvenir et barrer la route aux plans machiavéliques de ceux qui veulent, coûte que coûte, réviser la Constitution, la jeunesse doit redoubler de vigilance. Pour ce faire, indique le président Homéky, il faut faire le plaidoyer afin que la jeunesse exprime ses potentialités et que les valeurs culturelles, nationales et endogènes soient valorisées. La dynamique de la conscientisation de la jeunesse doit embraser toutes les Communes du Bénin, même celle de Tchaourou. La jeunesse, sous le régime de Yayi Boni, a été martyrisée. Très applaudi par les jeunes qui ont fait le déplacement du Centre Guy Riobé, le président du ‘’Front pour l’Alternance 2016’’ a annoncé que la révision de la Constitution ne sera pas effective sous Boni Yayi. « Lorsque nous avions annoncé que nous irons à Parakou, Saint Thomas ne nous a pas cru. Mais il sait désormais qu’à Parakou, il y a des jeunes courageux. Parakou n’est pas le bastion de qui que ce soit. Parakou est une Commune, comme toutes les autres. Cette ville appartient à la jeunesse de Parakou comme le Bénin appartient à la jeunesse du Bénin », a-t-il précisé. Dans un appel très osé, Oswald Homéky a lancé un ‘’ultimatum’’, jusqu’au 06 avril 2015, au chef de l’Etat pour le retrait du fameux projet. Sans dévoiler ses intentions, ce dernier indique, que la jeunesse des quatre coins du pays passera à la vitesse supérieure. « Nous marcherons pour revendiquer nos droits, car on ne peut pas se moquer de la jeunesse pendant plus de neuf ans sous un régime dit de changement et de refondation », a-t-il martelé. Analysant les agissements du Pouvoir en cette période électorale, le président du ‘’Front pour l’Alternance 2016’’ a mis la jeunesse en garde en ces termes, « Ils vous diront que la révision de la Constitution, ce n’est pas pour que le président de la République joue les prolongations. Ils vous diront que la révision de la constitution, c’est pour intégrer l’imprescriptibilité des crimes économiques. Répondez-leur qu’il y a déjà une loi qui lutte contre la corruption et qui permet de punir les crimes économiques. Dites-leur aussi que la Céna est déjà autonome et que, si eux ils commencent par respecter l’autonomie de la Céna en déposant leur liste à temps, elle sera suffisamment autonome pour qu’il y ait alternance en 2016 ».

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)