Spread the love
Salimane Karimou
La relance des cantines scolaires sera une réussite selon le ministre Salimane Karimou

Le ministre des enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou était l’invité de l’émission « Ma part de vérité » sur Golfe Tv hier, dimanche 23 juillet 2017. Pendant 90minutes, l’autorité ministérielle a donné assez d’éclaircissements sur la relance des cantines scolaires par le gouvernement.

Éclairer l’opinion publique sur les tenants et aboutissants de la réforme des cantines scolaires entreprise par le gouvernement. C’est l’exercice auquel s’est adonné le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou sur l’émission « Ma part de vérité » de Golfe Tv. Selon lui, le gouvernement du Nouveau départ a pensé relancer les cantines scolaires pour atténuer les souffrances des élèves. « Les enfants auront un repas tous les 165 jours qui composent l’année scolaire », a-t-il laissé entendre.Aux dires du ministre, toutes les communes du Bénin seront couvertes en cantines scolaires en attendant que chaque école puisse en disposer dans quelques années, selon les prévisions du président de la République. Au total, 1574 écoles auront chacune une cantine scolaire en septembre 2017. Au nombre des mesures pour assurer la mise en œuvre de la réforme, le ministre a rappelé que primo, le budget est passé de 1 à 7 milliards par an. Secundo, un partenaire fiable a été trouvé pour mieux suivre le projet. Salimane Karimou a donc rassuré que les cantines scolaires seront désormais une réussite. Il a par ailleurs, étalé les répercussions économiques que ce chantier social générera sur les populations plus précisément les producteurs locaux. « L’acquisition des cultures locales par le Pam pour satisfaire les besoins en cantines scolaires permettra aux producteurs d’écouler leurs produits », s’est-il réjoui. En abordant le chapitre des mesures sociales amorcées par le gouvernement, l’autorité ministérielle a fait savoir que la réforme des cantines scolaires est une volonté politique très poussée du chef de l’État, Patrice Talon. «  Le social avait toujours été la préoccupation du président de la République », a-t-il déclaré. Quant à la question relative aux directeurs déchargés pour insuffisance de résultats, le ministre a réitéré son engagement à en découdre avec le travail mal fait. «  Quand vous ne donnez pas les résultats qu’il faut, vous devez vous attendre aux sanctions », a-t-il signifié avant d’ajouter que c’est dans l’intérêt de l’éducation béninoise qu’il a pris ces décisions. Profitant de l’occasion, Salimane Karimou s’est exprimé sur les résultats de l’examen du Cep 2017. « Mes sentiments sont mitigés et je suis partagé entre déception et satisfaction », a-t-il dit. A l’en croire, sa déception est due aux 35% qui ont échoué. Cependant, il se dit satisfait du taux de réussite qui a considérablement augmenté par rapport à celui de 2016.

Mohamed Amoussa

(Stag)