Spread the love

LassaDes cas de décès liés à la fièvre hémorragique à virus lassa sont suspectés à l’hôpital St Jean de Dieu de Tanguiéta. Deux patients ont déjà succombé dans la Commune de Boukombé.

La fièvre hémorragique à virus lassa serait-elle de retour au Bénin plus précisément dans la Commune de Boukombé. Pour l’heure, des prélèvements ont été faits à l’hôpital St Jean de Dieu de Tanguiéta et envoyés à Abuja au Nigéria pour confirmer ou infirmer l’existence à nouveau de ce virus dans le département de l’Atacora. De toute façon, en attendant la confirmation de l’existence de cette maladie sur le territoire national, la Directeur départemental de la santé de l’Atacora, Dr Jacob Namboni a évoqué la question mercredi 17 janvier 2018 lors de la conférence administrative départementale de la région. Selon lui, c’est depuis le 8 janvier 2018 que le département a commencé par enregistrer probablement des cas de fièvre hémorragique à virus lassa dans la zone sanitaire Natitingou-Boukombé-Toucountouna, notamment suspect dans la commune de Boukombé. Il a fait savoir qu’un patient a parcouru plusieurs Communes depuis le Nigéria en passant par la Commune de Tchaourou. L’intéressé serait ensuite allé au Togo voisin où il a séjourné dans 4 villages avant d’atterrir à Boukombé via Natoba, ville frontalière avec le Bénin du côté de Boukombé. A Boukombé, le malade a parcouru 4 guérisseurs traditionnels avant de se retrouver à l’hôpital de zone de la localité. Transféré à l’hôpital St Jean de Dieu de Tanguiéta, des symptômes liés à la fièvre hémorragique à virus lassa ont amené les médecins à faire le prélèvement pour des analyses au laboratoire agréé par l’Organisation mondiale de la santé pour confirmation. Les résultats de cette analyse sont attendus pour situer les autorités sanitaires du Bénin. En attendant, des dispositions idoines sont prises par ces autorités sanitaires pour circonscrire le mal à travers des isolements de malades. Dr Jacob Namboni a précisé qu’une investigation rapide leur a permis d’identifier 55 cas contacts directs avec les patients. Il a fait savoir tous ces cas ont été confiés à une équipe médicale qui se charge de prendre leur température tous les jours afin de pour retrouver des signes de cette maladie sur ces derniers.

 Hervé Yotto