Spread the love

img-medecinsSit-in ce matin au Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga (Cnhu). Les médecins en spécialité réunis au sein de l’Association des médecins en spécialité (Ames) dénoncent les mauvaises conditions de travail dans lesquelles ils exercent dans les différents centres hospitaliers universitaires du Bénin. Cependant le sit-in projeté par les manifestants n’a pu avoir lieu. Il a été interdit par le directeur général du Cnhu lors d’une séance ce matin avec les responsables de l’Association des médecins en spécialités (Ames). Les forces de l’ordre ont été déployées sur les lieux. La raison évoquée par le directeur du Cnhu est qu’ils ne sont pas autorisés à rester même debout ici à l’hôpital a fait savoir Gilbert Fassinou. Selon le chargé de communication du Cnhu, Thierry Laurent Glitto, au nombre des revendications de l’Ames, il y a celle relative à l’abrogation de l’arrêté rectoral. Sur cet aspect, il a fait savoir qu’il n’est pas du ressort du directeur du Cnhu d’abroger un arrêté.  Pour lui, les manifestants se trompent d’autorité. « En réalité, il y a déplacement de leurs manifestations. Ils ne sont pas aux bons endroits. Ils ne sont pas chez la personne compétente pour apporter des solutions à leurs problèmes. Ce qui veut dire qu’indubitablement, ils n’auront pas de solutions et moi je voudrais les inviter, à tenir compte des prescriptions administratives, réglementaires, légales en la matière pour pouvoir manifester » a-t-il ajouté. Venus très tôt ce matin, dans leur blouson blanc, banderoles rouges attachées au bras, pancartes griffées de messages, pour crier leur ras-le-bol, ces médecins en spécialisation au Bénin dénoncent les mauvais traitements auxquels ils sont confrontés. Ils exigent entre autres l’abrogation de l’arrêté rectoral N°048-2015 du 15 Juillet 2015 fixant les droits universitaires des apprenants en formation pour les diplômes d’études spécialisées de la faculté des sciences de la santé (FSS) de l’Université d’Abomey-Calavi, l’attribution d’un salaire minimum de 250 000 Fcfa à tous les médecins en spécialités. Ils décident en conséquence d’une cessation des activités dans les CHU du Bénin à compter de ce lundi, jusqu’à satisfaction totale de leurs revendications.

Léonce ADJEVI