Spread the love

sogloL’ancien président Nicéphore Soglo s’indigne contre les forfaitures de Yayi Boni dans le dossier Nocibé. Il l’a fait savoir hier mardi 6 décembre 2016, au cours d’un entretien privé avec la Rédaction de « Le Matinal ».
« En dehors du scandale Icc-Services, qui est la plus vaste escroquerie ayant spolié des milliers de nos concitoyens pour un montant de plus de 251 milliards de francs Cfa, Nocibé est l’une des grosses forfaitures que Yayi Boni a commises au cours de son mandat », fait remarquer Nicéphore Soglo. En effet, analyse-t-il, dans le dossier Nocibé, « Yayi Boni a accordé des faveurs inadmissibles à Latfallah Layousse, le Pdg de Nocibé. Et ceci, en violation flagrante des régimes prévus au Code des investissements. »  L’Inspecteur des finances rappelle qu’une « mission du Fonds monétaire international (Fmi) avait déploré des exonérations fantaisistes accordées à des entreprises. Ces exonérations ont engendré, selon le rapport du Fmi, une contreperformance des régies financières dans la mobilisation des ressources internes. » Alors, Nicéphore Soglo s’indigne contre le fait que de telles exonérations aient été accordées au promoteur de Nocibé, dans le cadre de l’importation des intrants devant concourir à la fabrication du ciment, d’une part, et de l’exploitation du site d’Adja-Ouèrè ainsi que de la commercialisation du ciment sorti des usines de ce promoteur en concurrence déloyale aux anciennes sociétés du ciment, d’autre part ». Pire, le président Soglo ne comprend pas comment un tel acte qui siphonne l’économie nationale peut concomitamment bénéficier de la faveur du temps qui porte sur 15 ans. Dès lors, l’ancien administrateur de la Banque mondiale tombe des nues à la prise de connaissance du contenu du contrat liant Nocibé à l’Etat béninois. Aucun inspecteur des finances sérieux ne saurait exposer sa réputation dans de telles grossièretés qui hypothèquent l’avenir du pays et de son trésor public, a regretté Soglo.

Jean-Claude Kouagou