Spread the love

eNERGIE HOUSSOUL’année 2019 sera celle ddu renouveau du secteur de l’Energie au Bénin. Plusieurs chantiers seront ouverts pour impacter le quotidien des Béninois. Sur l’émission « Version originale » de Tvc le dimanche 17 février 2019, le ministre Dona Jean-Claude Houssou en a donné plus de détails.

Après la réhabilitation des centrales de Porto-Novo, de Parakou et de Natitingou, le gouvernement du président Patrice Talon met le pied sur l’accélérateur. D’ici quelques semaines, il ambitionne de mettre en service la centrale dual fuel de Maria-Gléta 2. Cette assurance a été donnée aux téléspectateurs de l’émission « Version originale » par le ministre de l’Energie dimanche dernier. Pour Dona Jean-Claude Houssou, il s’agit d’un exploit réalisé en moins de 18 mois par le gouvernement du Nouveau départ qui transforme, a-t-il martelé, l’échec en réussite. Mais le régime en place, une fois cette infrastructure de 106 milliards de francs Cfa livrée, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. D’autres actions d’envergure sont projetées pour permettre au Bénin d’avoir à l’horizon 2021 quatre cents (400) mégawatts. Outre donc les 120 mégawatts de Maria-Gléta 2, une autre centrale de 120 mégawatts quittera l’étape de projet. « Nous sommes en clôture financière pour une construction de 120 autres mégawatts par le secteur privé. Nous avons reçu la Banque africaine de développement et la Banque mondiale dans le cadre de cette clôture financière », a annoncé l’autorité ministérielle. Dans cette même dynamique de renforcement de la capacité de production locale, l’Exécutif mise aussi sur les énergies renouvelables. « Nous avons prévu, sur les deux prochaines années, d’avoir près de 25% de notre énergie produite au Bénin qui soit renouvelable, particulièrement solaire », a confié l’invité de Fortune Houndéfa. Dans cette dynamique d’aller à un mixte énergétique responsable, le gouvernement lance, au cours du second semestre de 2019, la construction d’une centrale solaire de 25 mégawatts à Iloulofin à Pobè. «  C’est une centrale financée par l’Union européenne et l’Agence française de développement et qui montre la volonté du gouvernement d’allier thermique et renouvelables », a-t-il précisé. Et ce n’est pas tout. D’autres infrastructures du même type sont prévues pour un total de 100 mégawatts complémentaires.La particularité avec tous ces projets est qu’ils prennent en compte les préoccupations environnementales. « Les centrales que nous construisons désormais doivent privilégier l’utilisation du gaz pour deux raisons : le moindre coût et les préoccupations environnementales. Nous avons lancé la construction, en plus du gazoduc, d’une Unité de flottage, de stockage et de regazéification pour garantir davantage la disponibilité du gaz pour faire tourner l’ensemble des machines thermiques », a insisté le Numéro 1 de l’Energie au Bénin. Le volet transport n’a pas été occulté au cours de cette émission. Le ministre de l’Energie a, exemple à l’appui, montré qu’il y a nécessité d’améliorer le réseau vieux de plus de 60 ans. Et pour le renforcer, un total de deux mille milliards doit être mobilisé. « Le gouvernement s’y atèle déjà. Un projet est prévu pour l’extension du réseau dans les grandes villes. L’Unité de gestion du programme est en place et les choses sont en route », a rassuré Dona Jean-Claude Houssou qui exhorte ses concitoyens à croire en la vision du président Patrice Talon, un homme exceptionnel qui a à cœur d’assurer le courant électrique à tous.

 Joël Samson Bossou