Spread the love
Quelques participants de l'atelier
Quelques participants de l’atelier

La recherche des solutions aux différents défis concernant l’harmonisation des politiques en matière de sécurité routière constitue l’une priorité du Corridor Abidjan-Lagos. Le bureau exécutif de cette organisation sous régionale qui regroupe cinq pays à savoir la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigéria organise au Bénin depuis ce jeudi 7 septembre un atelier qui réunit plusieurs experts de la sécurité routière.

Chaque année, plus de 300 mille personnes perdent la vie sur les routes africaines selon des statistiques de l’Organisation mondiale de la santé Oms. Ces accidents constituent aujourd’hui la première cause de mortalité dans la tranche d’âge des 15 à 29  ans et la deuxième cause de mortalité dans celle des 30 à 44 ans. C’est donc conscient des conséquences néfastes de l’insécurité routière sur le développement des pays africains que le corridor Abidjan Lagos a initié cet atelier des experts.  La rencontre qui va durer deux jours permettra aux participants de chacun des pays du corridor de partager les expériences en matière d’organisation et de gestion de la sécurité routière. Les méthodes utilisées par les pays membres pour  la localisation des accidents seront examinées avec proposition de solutions innovantes pour leurs améliorations. Selon Koné Idrissa, secrétaire exécutif du corridor Abidjan Lagos, les travaux de cet atelier vise à atteindre les objectifs de la décennie d’actions pour la sécurité routière 2011-2020 instituée par l’assemblée générale des nations unies en mars 2010 et qui consiste à réduire de 50% le nombre d’accidents mortels de la route à l’horizon 2020.  Une plateforme de partage d’expérience et d’information sur la sécurité routière au niveau des cinq pays du corridor  sera mise en place à l’issue des réflexions. Un autre programme dénommé ‘’SaferAfrica’’ financé par l’union européenne et qui vise à établir une plateforme de dialogue entre l’Afrique et l’Europe sur la sécurité routière et les problèmes de gestion de trafic devra voir le jour incessamment.  Victorien Honvo, directeur de cabinet du ministre des infrastructures et des transports du Bénin a notifié que la sécurité routière constitue l’une des priorités du gouvernement. Le représentant du ministre garantit le soutien sans faille du gouvernement béninois dans l’atteinte des différents objectifs.

Marcus Koudjènoumè