Spread the love

dossouhoui-1Le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche a organisé, mercredi 31 octobre 2018 à l’Infosec, un atelier national de validation de la politique nationale de sécurité sanitaire des aliments. Cet atelier permettra de relever et d’apprécier les insuffisances et proposer des éléments d’amélioration du cadre général de la politique, en tenant compte de l’arrimage à faire avec le volet agricole du pag, le Psdsa, la politique nationale qualité et le programme d’action nationale de sécurité sanitaire.

Suite à la crise sanitaire que le Bénin a connue en 2002, dans le cadre de l’exportation de la filière crevette, les divers diagnostics du système de contrôle de la sécurité sanitaire réalisés par l’Uemoa, l’organisation mondiale de la santé animale (Oie) et la Cedeao au Bénin, ont relevé des insuffisances liées notamment à l’inadéquation du cadre juridique par rapport au contexte régional et international et l’absence d’une chaîne de commandement directe du niveau central à la base. Ces études ont également identifié des dysfonctionnements liés aux conflits d’attribution des services de contrôles du fait des missions mal définies, des contrôles non basés sur une analyse des risques sanitaires, l’absence de système de collecte des informations techniques, scientifiques, des résultats d’inspection et l’absence d’évaluation de risques, de réseau d’expertise. Ce dysfonctionnement du système de sécurité sanitaire des aliments, selon Bonaventure Kouakanou, directeur adjoint de cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, ne permet pas de garantir ni la protection efficace du marché national et la santé des consommateurs, ni la compétitivité de nos produits alimentaires sur les marchés régionaux internationaux. Pour remédier à ces insuffisances, le Bénin a mis en place deux outils importants que sont l’Abssa et le Lcssa. Afin de faciliter le bon fonctionnement de ce dispositif, a précisé Bonaventure Kouakanou, il est important de doter le système d’une politique nationale qui lève toute contradiction, capable de renforcer le système et de réduire les risques liés à la consommation des aliments tout au long de la chaîne alimentaire. C’est dans cette dynamique que se tient l’atelier national de validation de la politique nationale de sécurité sanitaire des aliments. « Cette rencontre permettra de jeter un regard critique sur la cohérence de la vision, des objectifs, des orientations et axes stratégiques, ainsi que les actions prioritaires proposées », a déclaré Bonaventure Kouakanou. Intervenant au nom des Ptf, François Luthereau, a exprimé son engagement à accompagner le sous-secteur. A l’en croire, cet engagement est motivé par les nombreux enjeux de la politique nationale de sécurité sanitaire des aliments notamment au plans sanitaire, social et économique.

Odi I. Aïtchédji