Spread the love

cour appel cotonouPlusieurs compatriotes en détention dont ceux impliqués dans le dossier Dangnivo défileront au cours de la session supplémentaire de la première session de la Cour d’assises qui s’ouvre ce jour lundi 16 juillet 2018. Au cours d’un point de presse vendredi 13 juillet 2018, le Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou, Emmanuel Opita, a dévoilé les grands dossiers attendus.

Alofa, son compère et toutes les personnes impliquées  dans l’affaire Dangnivo devront une fois encore plancher devant les juges. Cette session supplémentaire qui s’ouvre garde soigneusement secrète  l’issue de ce dossier tout comme celle des 24 autres inscrits au rôle. Selon le Procureur Général, 40 accusés répondront des diverses infractions portées à leur charge. Celles-ci sont assez variées.  » Ils répondront en qualité d’auteurs ou complices des crimes d’assassinat, d’association de malfaiteurs, d’incendie volontaire, d’infanticide, de parricide, de meurtre simple, coups mortels, viols, pratiques de charlatanisme et de sorcellerie, vol qualifié ou aggravé, vol à mains armées, coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité temporaire de moins de 21 jours et menaces verbales de mort sous condition », a-t-il fait savoir. Le constat majeur qui s’est fait pour le compte de cette session, c’est la large tendance à la baisse des crimes de viol. Le Procureur général l’a mentionné à l’occasion.  » A la différence de la première session ou prédominait le crime de viol, l’examen du rôle de cette session relève qu’elle connaîtra majoritairement de la poursuite du crime de sang à savoir assassinat, meurtre, parricide,  infanticide et coups mortels », a-t-il déclaré. Le représentant du Ministère public n’a pas manqué d’exhorter la population à assister à ces audiences qui, selon ses dires,  » véhiculent des enseignements qui l’édifieront sur les comportements et habitudes à adopter dans la société ».

 HA