Spread the love

Logo-FesDepuis quelques années, la Fondation Friedrich Ebert a habitué les Béninois à  des creusets d’échanges dénommés « Soirée politique ». L’effort d’équilibre a toujours été fait quant au choix des débateurs. Mais l’édition de demain mardi 24 avril semble échapper à cette règle.

En effet, quand on regarde bien la liste des invités, on a des raisons de s’inquiéter de l’impartialité nécessaire. On dira même pire: soit la Fondation est désormais infestée de partisans, soit elle prend un gros risque de décrédibilisation de son action. Et pour cause! Tenez, des invités, on remarque le sieur Achille Houssou pour le compte du Pouvoir en place. Pour ceux qui l’ont déjà vu sur d’autres plateaux, ce n’est pas un politique et il ne se revendique pas tel. C’est un des technocrates du Bureau d’analyses et d’investigations de la présidence de la République, très impliqué dans la conception et le suivi de la mise en œuvre du Pag. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il interviendra. Mais face à lui, qui retrouve-t-on? Basile Ahossi, on le sait est député et depuis peu membre du bureau du parti Usl de Sébastien Ajavon. Le sieur Fidèle Sonon n’est certes pas présenté comme politique, mais il ne l’est pas moins. C’est un partisan de Sébastien Ajavon et c’est lui qui est allé faire les formalités au nom d’un soi disant mouvement, pour réserver le Stade de l’amitié en vue d’y tenir le congrès constitutif du parti dont nous parlons. La polémique et la victimisation entretenues suite au refus de louer le Stade pour cause de travaux l’attestent suffisamment. Quant à Albert Honlonkou, économiste, qui n’est pas moins politique, c’est un proche de Emmanuel Golou, lui-même proche de Ajavon. Ses prises de position sur les réseaux sociaux éclairent bien sûr son hostilité au Pouvoir en place.

Pourquoi donc ne pas inviter un politique proche du pouvoir pour épauler le technicien Houssou et équilibrer le débat? Pourquoi ne pas inviter par exemple un acteur de la société civile, notamment quelqu’un de la plateforme « Présimètre » qui a procédé à un bilan alternatif des deux ans de Talon? Est-ce parce que ce bilan est plutôt positif?

Somme toute, il y a lieu de s’interroger sur les motivations des gens de la Fondation. Qui doivent expliquer par quelle alchimie leur casting n’aura permis de dénicher que des partisans de Ajavon pour affronter un non-politique qui fera certainement sa présentation technique, mais sera ensuite livré à la vindicte des adversaires du Pouvoir, sans bénéficier de l’appui d’un soutien politique du Pouvoir qu’il représente?

 JPM