Spread the love

Friends and familyLes membres du Réseau étaient samedi 23 février 2019, au chevet des triplés orphelins de mère à Abomey-Calavi. Ils ont également partagé leur repas avec les pensionnaires  de l’orphelinat « Oasis de Bonheur » à Cotonou.

Elles pensent depuis quelques années déjà qu’on n’a pas besoin d’une fortune pour donner le sourire à ceux qui sont dans le grand besoin. Les membres de l’association « Friends and Family » tissent avec foi, les toiles de la solidarité envers les plus démunis. Cette foi les pousse à trouver dans le peu, des réponses aux besoins pressants des oubliés de la société. A Abomey-Calavi non loin de la berge, trois-nouveaux nés se sont vus privés à tout jamais de l’affection maternelle. Leur génitrice est morte quelques jours après les avoir leur avoir donné la vie alors même qu’elle n’avait aucun ennui de santé. C’est au chevet de ces enfants encore fragiles et sans soutien que les membres du réseau se sont rendus. Le geste a du prix aux yeux de la nouvelle maman (la sœur de l’époux de la défunte) qui se confondait en gratitude. Ces dons sont composés de boîtes de lait, de couches, de détergent, de savons, de laits corporels, de jouets, d’habits, etc. Au cours de son intervention, la présidente de l’association, Judith Rolande Capo-Chichi, a exprimé sa proximité à la famille. Le parrain de l’événement, Euloge Zohoungbogbo, s’est dit touché par les circonstances du drame. Il a imploré la miséricorde divine sur les enfants et leurs familles. Avant Calavi, la délégation s’était rendue à l’orphelinat « Oasis de Bonheur » à Akpakpa. Dans ce centre séjourne près d’une vingtaine d’enfants. Avec ces oubliés, les membres de l’association ont partagé leur repas. Très honorée par le geste, la responsable de l’orphelinat, Chantal Tchiakpè, alias Chacha T, a exprimé sa gratitude aux membres et au parrain de l’événement. Elle a émis le vœu de voir l’œuvre grandir pour le bonheur des personnes sans soutien. Une chaîne de solidarité est née dans la presse pour voler au secours des plus démunis. L’exemple mérite une contagion au niveau des autres corporations.

HA