Spread the love
talon16
Le président Patrice Talon

L’institut de sondage et de recherches endogènes et stratégiques du Bénin (Isres-Bénin), a enquêté sur un échantillon de 1219 personnes. Cette étude réalisée auprès des jeunes et des adultes en 3 jours dans tout le pays a révélé que le président Patrice Talon est l’homme qui a le plus marqué les Béninois.

Patrice Talon est premier sur les dix personnalités ayant marqué l’année 2016. C’est du moins le résultat de l’enquête réalisée par l’institut de sondage et de recherches endogènes et stratégiques du Bénin (Isres-Bénin). L’enquête avait pour objectif de recueillir l’avis des Béninois sur les 10 personnes qui ont marqué positivement l’année qui s’achève. En dehors du président Patrice Talon classé premier sur l’échantillon de 1219 personnes comprenant des jeunes et des adultes, c’est le président de la Commission électorale nationale autonome (Céna), Emmanuel Tiando qui vient en deuxième position. Viennent ensuite les deuxième et troisième de la dernière présidentielle, c’est-à-dire, Lionel Zinsou et Sébastien Ajavon qui occupent respectivement dans ce classement les 3ème et 5ème places. Car, entre les deux, l’ancien archevêque de Cotonou, Mgr Antoine Ganyé est 4ème. Alors, selon les résultats de l’enquête réalisée par Isres-Bénin, les cinq premiers qui ont marqué l’année 2016 se présentent dans l’ordre comme suit : Patrice Talon, Emmanuel Tiando, Lionel Zinsou, l’archevêque émérite Mgr Ganyé et Sébastien Ajavon.
Les 5 suivants
Le président Yayi Boni ferme la marche dans ce classement où il occupe le 10ème rang. Pendant ce temps, Jean-Baptiste Elias, le président du Front des organisations nationales contre la corruption (Fonac) et ancien président de l’Observateur de lutte contre la corruption (Olc) sort 6ème de ce classement. La diva internationale de la musique béninoise, Angélique Kidjo est 7ème suivant l’avis des Béninois touchés par l’enquête. Le tonitruant syndicaliste qui se distingue des autres de par le port des attributs rouge-vifs est 8ème. Il s’agit de Paul Essè Iko. Enfin, le président de la Cour constitutionnelle, Théodore Holo vient juste avant le président Yayi Boni. Le président Holo est neuvième à l’issue de cette enquête de l’institut de sondage et de recherches endogènes et stratégiques du Bénin.
Les mérites de Talon
Le président de la République est le premier de ce classement. Les mérites du président Patrice Talon résident certainement dans les réformes qu’il a engagées depuis sa prise de pouvoir. L’homme entend laisser son empreinte dans l’histoire de son pays à travers de grandes réformes. Alors que le pays vit une récession économique encline à une austérité, l’on peut être surpris que dans l’opinion publique, le chef de l’Etat, bénéficie encore de l’estime des Béninois de sorte à être premier parmi neuf autres personnalités. Il est presque indubitable que le mérite du président de la République tire sa source des réformes qu’il a engagées pour changer la gouvernance dans le pays. Ces réformes portent sur l’opérationnalisation des douze départements, la relance de la moribonde filière du coton, la libération des espaces publics illégalement occupés, le lancement de l’aménagement de près de 700 km de route, la fin annoncée du délestage, la lutte contre l’impunité et la corruption puis la lutte contre l’insécurité…Toutes ces mesures pourront, espère-t-il, lui permettre d’être « porté en triomphe au soir de son unique mandat ».
A.T

Classement des 10 Personnalité de l’année 2016

1- Patrice Talon 318 voix /1219
Patrice Talon, né le 1er mai 1958 est un homme d’affaires et homme d’État béninois, président de la République depuis le 6 avril 2016.  Il a fait fortune dans la filière d’intrants agricoles dans les années 1980 puis de l’égrenage du coton au Bénin au cours des années 1990 et 2000. Soutien principal à l’élection du président béninois Boni Yayi en 2006, il entre progressivement en disgrâce avec ce dernier à partir de 2011. Les démêlées qu’il a eues avec le chef de l’État dans les affaires de subventions agricoles, du programme de vérification des importations (PVI), ont fini par le contraindre à l’exil avec son bras droit Olivier Boko, la suite de rumeurs d’enlèvement.
Depuis la France où il est en exil, il soutient les forces politiques opposées à un troisième mandat de Boni Yayi. Blanchi par la justice française et celle béninoise, il rentre d’exil en fin 2015 et se présente à la présidentielle de mars 2016 qu’il remporte au deuxième tour face à Lionel Zinsou.
Président du Bénin depuis le 06 Avril 2016, il a décidé de ne faire qu’un seul mandat ; principe qu’il veut désormais inscrire dans la Constitution.
A la tête du Bénin depuis huit mois, il a déjà laissé son empreinte dans l’histoire de son pays à travers de grandes réformes. On peut citer entre autres :
-le découpage territorial avec l’opérationnalisation des douze départements
– la relance de la moribonde filière du coton
– la libération des espaces publics illégalement occupés
– le lancement de l’aménagement de près de 700 km de route
– la fin du délestage
– la lutte contre l’impunité et la corruption
– la lutte contre l’insécurité…
Toutes ces mesures pourront, espère-t-il, lui permettre d’être « porté en triomphe au soir de son unique mandat »
2-Emmanuel Tiando 212 voix/1219
Universitaire et homme politique Béninois, proche de l’ancien président Boni Yayi, il est le Président de la Commission Électorale Nationale Autonome (Cena). Ancien ministre et ancien député, il a organisé les élections législatives, communales de 2015 et la présidentielle de  2016. Si les deux premières furent très critiquées, la dernière fut une parfaite réussite. Il a réussi à donner de la crédibilité à l’institution qu’il dirige. On peut compter sur lui pour que les prochaines élections soient sans contestations.
3- Lionel Zinsou 207 voix/1219
Lionel Zinsou, né  le 23 octobre 1954 à Paris, est un économiste franco-béninois, ayant fait carrière notamment comme banquier d’affaires. Il est Premier ministre du Bénin de juin 2015 à avril 2016.
Lionel Zinsou est né d’un père originaire du Bénin, médecin de Léopold Sédar Senghor, et d’une mère française. Il est également neveu de l’ancien président de la République, Émile Derlin Zinsou.
Élève brillant, il fait ses études secondaires en France au lycée Buffon, en CPGE au lycée Louis-le-Grand, puis à l’École normale supérieure. Il passe l’agrégation de sciences économiques et sociales, puis étudie pendant deux ans l’histoire économique à la London School of Economics.
Laurent Fabius, Premier ministre, l’appelle à ses côtés comme rédacteur de ses discours. Après avoir travaillé chez Bsn, Lionel Zinsou a été associé-gérant de Rothschild & Cie avant de rejoindre en 2008 le fonds d’investissement PAI Partners.
Lionel Zinsou est également animateur du club Fraternité, cercle de réflexion de Laurent Fabius, et administrateur du comité opérationnel du journal Libération désigné par Édouard de Rothschild après le départ de Serge July. Il est également membre du comité directeur de l’Institut Montaigne et conseiller au cabinet du président de la République du Bénin, Yayi Boni.
Il a rédigé en 2013 avec Hubert Védrine un rapport sur les enjeux économiques en Afrique.
Lionel Zinsou se veut « afroptimiste »- par opposition à l’afro-pessimisme et s’implique dans la promotion du renouveau de l’économie africaine post-2000.
Il a pris part en 2005 à la création d’une fondation  présidée par sa fille Marie-Cécile Zinsou, destinée à favoriser les activités artistiques.
Le 6 février 2015, la France a lancé l’initiative Africa France sous la forme d’une fondation dirigée par Lionel Zinsou et soutenue par le Quai d’Orsay et le MEDEF pour relancer les relations économiques entre la France et l’Afrique.
En juin 2015, il est nommé Premier ministre du Bénin. Fin novembre, les premières lampes solaires du plan « Lumière pour Tous » sont distribuées ; à terme, quatre millions d’élèves recevront des lampes solaires.
Le 26 décembre, alors qu’il se rend à la fête traditionnelle de la Gaani à Djougou, son hélicoptère s’écrase sur le stade de football municipal, alors en travaux ; aveuglé par la poussière, le pilote touche un muret et l’hélicoptère chute de cinq mètres. Deux des six passagers sont blessés. Indemne, le premier ministre poursuit sa visite.
Le 26 novembre 2015, les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE, parti au pouvoir) le désignent comme candidat à l’élection présidentielle de 2016. Cela crée un désaccord entre les ténors des Fcbe.
 À l’issue du premier tour de la présidentielle 2016, il termine premier avec 27,11 % des voix. Il échoue face à Patrice Talon au second tour (34,63 % contre 65,37 %).
4- Antoine Ganyé 199 voix/1219
Antoine Ganyé, né le 28 juin 1938 à Sedjé (Bénin), est un prélat catholique béninois, évêque de Dassa-Zoumé de 1995 à 2010, archevêque de Cotonou entre 2010 et 2016, et archevêque émérite de Cotonou depuis juin 2016.
Il est ordonné prêtre le 4 janvier 1969 par Mgr Bernardin Gantin. Le 10 juin 1995, le pape Jean-Paul II le nomme évêque de Dassa-Zoumé. Il est alors consacré le 20 août suivant par le cardinal Bernardin Gantin, assisté de Mgrs Isidore de Souza et Lucien Monsi-Agboka, à la grotte Notre-Dame d’Arigbo.
Au cours de son épiscopat, il devient vice-président de la Conférence épiscopale du Bénin et participe au synode pour l’Afrique en octobre 2009. Il axe lors son intervention sur la réconciliation en Afrique et déclare : « l’Église d’Afrique doit donc continuer d’annoncer la joyeuse nouvelle de la réconciliation et toujours proposer de la réaliser à travers les sacrements, notamment celui de la pénitence. Cette réconciliation par le sacrement de la Réconciliation est indispensable : elle est première et c’est d’elle que pour le chrétien, découle tout autre geste ou acte de réconciliation ».
Archevêque de Cotonou
En juillet 2010, il est nommé administrateur apostolique de l’archidiocèse de Cotonou, puis, le 21 août, le pape Benoît XVI l’en nomme archevêque. Il est installé le 31 octobre suivant.
Le 20 août 2015, à l’occasion de ses 20 ans d’épiscopat, il rend grâce à Dieu en l’église Saint Michel de Cotonou en présence de Mgrs Brian Udaïgwe, François Gnonhossou, Barthélemy Adoukonou, de plus de trois cents prêtres ainsi que du président Boni Yayi et du cardinal Robert Sarah qui le présente comme : « un exemple et un modèle de sainteté, un serviteur de Dieu et des hommes, un père et pasteur d’âme ».
Le 25 juin 2016, sa démission pour limite d’âge est acceptée par le pape François.
Grand artisan de la paix, sa contribution au maintien de la paix pendant la présidentielle de Mars dernier fut très appréciée.
5- Sébastien Ajavon 197 voix/1219
Sébastien Germain Ajavon, né le 19 janvier 1965 à Cotonou, est un homme d’affaires et homme politique béninois.
Il est le président directeur général de Cajaf (Comptoir Ajavon et Fils), créé en 1992, et Comon (Comptoir mondial de négoce), créé en 1998. Il dirigeait également Socotrac une société de transport et de logistique. Parallèlement, il est propriétaire de Sikka Tv, une chaîne d’information en continu, et de Soleil Fm, une chaîne de radio basée à Cotonou.
Il vient d’être réélu  président du Conseil national du patronat béninois. Il s’est déclaré candidat à l’élection présidentielle du Bénin le 3 janvier 2016.
17ème fortune d’Afrique, le roi de la volaille est un homme très généreux. Présent sur le terrain du social, cela lui a permis de terminer 3e (sur 33 candidats) de la présidentielle 2016 avec 23,03 % des voix. Il décide alors, contre toute attente de rejoindre Patrice Talon avec 30 autres candidats pour former la coalition de la Rupture. Ladite coalition mettra en échec Lionel Zinsou, candidat de la mouvance présidentielle.
Mais fin octobre, à la sortie d’une conférence de presse, Sébastien Ajavon est arrêté. Il a été retrouvé dans un conteneur en provenance du Brésil 18 Kg de cocaïne. S’en suivirent une garde à vue de 07 jours et un mémorable procès de 10 heures au terme duquel il sera acquitté au bénéfice du doute. Depuis, il a annoncé son départ de la coalition de la Rupture.
6- Jean-Baptiste Elias 25 voix/1219
7- Angélique Kidjo 19voix/1219
8- Paul Essè Iko 18voix1219
9- Théodore Holo 13/1219
10- Boni Yayi 11voix/1219