Spread the love

Logo SonebLa réunion hebdomadaire des ministres d’hier a décidé de l’apurement de la dette de l’Etat béninois vis-à-vis de la Société des eaux du Bénin (Soneb). C’est une bouffée d’oxygène qui vient d’être donnée à cette société. Au même moment, par réconciliation des comptes de la Soneb et de la Sbee, l’Etat a épogé ses dettes en énergie.
Le programme d’investissement de la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) nécessite assez de moyens financiers. C’est dans cette optique que le Conseil des ministres d’hier a décidé d’entériner l’apurement des dettes de l’Etat vis-à-vis de cette société publique. En effet, ces dettes cumulées depuis des années par les différents gouvernements s’élèvent à 10 milliards de FCfa. Ce qui constitue un véritable manque à gagner à la Société. Plus de 10 milliards de FCfa ont été remboursés dont près de 5 milliards directement versés à l’entreprise étatique. Cet apurement de dettes témoigne de la volonté du gouvernement de renforcer les capacités financières de la société, afin de lui permettre de mobiliser des ressources nécessaires à l’exécution de ses programmes d’investissement. Il dénote de la volonté du chef de l’Etat et de son gouvernement de donner les ressources et les moyens aux différentes structures afin qu’elles jouent pleinement leur rôle. Cette capacité de l’Etat d’apurer ses dettes aujourd’hui est la résultante de la réforme d’assainissement des finances publiques entreprises par le Nouveau départ. Tout ceci a généré des ressources supplémentaires qui permettent aujourd’hui de faire face à ces charges. Le Conseil des ministres a instruit le ministre de l’Eau et des mines afin qu’il mette en place les mécanismes de contrôle et de suivi. Ceci, pour que l’orthodoxie financière requise en matière de ce genre de programme d’investissement soit respectée. Ce souffle financier que le gouvernement vient d’apporter à la Soneb lui permettra certainement de mieux satisfaire la clientèle qui demande, au jour le jour, la qualité de ses prestations. Le gouvernement vient de jouer sa partition, il revient désormais à la Soneb de jouer la sienne.

Armel Nelson Avadémey