Spread the love

françois Abiola met Yayi en difficulté

La guéguerre entre les trois organisations syndicales de l’Université d’Abomey-Calavi et l’autorité rectorale au sujet de l’instauration d’une session unique pour les évaluations de l’année académique en cours à la Faculté des Lettres Arts et Sciences Humaines (FLASH) vient de connaître un dénouement. C’est à la faveur d’une séance de travail qui a eu lieu ce vendredi 03 Juillet 2015 entre le vice premier ministre, chargé de l’Enseignement supérieur, François Abiola, les enseignants de la FLASH et les autorités rectorales de l’Université d’Abomey Calavi.

La lutte aura été rude mais elle a fini par payer. Les étudiants de la Faculté des Lettres Arts et Sciences Humaines (FLASH) peuvent ainsi pousser un ouf de soulagement. L’organisation de la session de rattrapage au sein de cette faculté vient d’être autorisée. C’est à l’issu d’une longue négociation entre le vice premier ministre et les différents acteurs de ce haut lieu de savoir. Les différentes ramifications de la crise qui ont mis en sursit l’Université d’Abomey Calavi étaient encore vive dans les esprits à l’ouverture des négociations. Après un entretien privé, entre l’autorité, les enseignants de la FLASH et le rectorat, le dénouement a tenu compte de la mise en application du système LMD et d’une mesure exceptionnelle. Pour Julien Gbaguidi, porte parole des enseignants de la FLASH, les enseignants de ladite faculté ont accepté d’organiser le rattrapage à deux niveaux. Dans un premier temps, il s’agit des délibérations de fin de semestre et dans un second temps à la fin des délibérations des semestres paires à savoir les semestres 2, 4 et 6. Il sera également organisé de façon exceptionnelle et pour la dernière fois un rattrapage des semestres impaires 1,3 et 5 dont les modalités seront définis au niveau de chaque département et qui sera destiné aux étudiants absents lors des semestres impaires 1,3 et 5. Le vice premier ministre après avoir remercié les enseignants de la FLASH, pour cette initiative, a notifié que la mise en œuvre de ces différentes mesures ne se fera qu’au niveau de cette faculté.

Léonce ADJEVI