Spread the love

moele-bLe Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) a effectué sa sortie officielle le samedi 29 juillet 2018 à Awaya, dans la Commune de Dassa-Zoumè. A cette occasion, les ambitions du parti ont été  dévoilées à la classe politique.
Le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) veut faire de l’élitisme, la pierre angulaire du développement. Convaincu que les élites n’ont pas su jouer leur rôle dans le développementdu Bénin depuis l’indépendance, Jacques Ayadji et les siens entendent changer la donne. Revisitant l’histoire politique du Bénin avant et après l’indépendance, le président du Moele-Bénin a montré aux militants, sympathisants, têtes couronnées et invités, comment, du fait des élites, le Bénin a sombré et raté le cap du développement. Pour Jacques Ayadji, il est temps d’opérer la rupture. « Le Moele est né pour faire prendre conscience non pas aux populations, mais aux élites qu’ils doivent ennoblir la classe politique », a-t-il déclaré. Dorénavant, le « Moele » entendu œuvrer à faire de l’homme politique un acteur qui produit des idées porteuses de développement. A en croire Jaques Ayadji, l’homme politique qui a investi ses ressources personnelles pour venir au pouvoir, voudra les récupérer à son accession à la plus haute fonction. Engagés contre ces pratiques, les membres du Moele entendent se battre aux côtés du chef de l’Etat Patrice Talon qui propose des réformes structurelles dans ce sens. Ce choix a été salué par les chefs de partis politiques et même les têtes couronnées présents à la cérémonie. Entre autres personnalités politiques qui ont rehaussé la sortie officielle de leur présence, les députés Valère Tchobo, Zéphirin Kindjanhoundé, les anciens ministres Armand Zinzindohoué, Gustave Sonon, l’actuel ministre de l’Agriculture, Gaston Dossouhoui et le maire de Dassa-Zoumè, Nicaise Fagnon. Ils ont, à tour de rôle, félicité Jacques Ayadji et ses partisans. Ils ont, par ailleurs,  prévenu le président du   » Moele » des coups bas qu’il pourrait recevoir. « La politique est un sol plat, géologiquement bien constitué qui se transforme très rapidement.Elle incarne des valeurs qui constituent en même temps sa thérapie », a déclaré Zéphirin Kindjanhoundé. Comme le Pdg du groupe « Béton armé », Souleymane Naïmi, a aussi prévenu le président du Moele des éventuels coups qu’il pourrait recevoir et en donner. Le maire de Dassa-Zoumè, Nicaise Fagon, pour sa part, a appelé à l’union des fils et filles « Ifè », « Idasha » et « Nagot » de la Commune pour son développement.
Bientôt l’installation des cellules du Moele dans le monde
Nicaise Fagnon a appelé les uns et les autres au soutien de l’action du chef de l’Etat, Patrice Talon qui permet d’avoir l’eau, l’électricité et les infrastructures routières. Quant au ministre Gaston Dossouhoui, il a reconnu la capacité de Jacques Ayadji à dire les choses telles qu’elles sont. Il a souhaité que le « Moele » « entre dans un ensemble cohérent pour aller en rang serré vers la conquête de l’espace de vérité où des programmes de développement seront montés et mis en œuvre ». Aussitôt né, le Moele-Bénin affiche de grandes ambitions. Il n’entend pas être le parti d’un village, d’une Communeencore moins du Bénin. Le parti va étendre ses tentacules en Afrique et dans le monde. Dans ce cadre, il a été annoncé l’installation très bientôt des cellules du Moele aux Etats-Unis, en France.

SA