Spread the love
moise-kerekou
Moïse Kérékou a tenu le pari

L’ancien ambassadeur du  Bénin près la Turquie , Moïse Kérékou, propose un nouveau paradigme pour la délivrance des pays africains. Le condensé de ces réflexions est contenu dans son nouveau manifeste qu’il lance en janvier 2017. En attendant cet événement, il a exposé quelques pans de ses réflexions aux hommes des médias hier lundi 12 décembre 2016.

On peut avoir beau inventé les théories les plus scientifiques, l’Afrique ne guérira pas de la pauvreté. L’auteur du manifeste y croit de toute sa force. Pour Moise Kérékou, l’esclave cesse de l’être le jour où il prend conscience de son état. Les peuples africains ne s’en sortiront pas tant qu’ils continueront d’avancer obstinément dans un format qui n’est pas le leur. Le déclic part de la prise de conscience et les peuples africains, mais surtout le peuple béninois, doit parvenir à ce niveau de conscience qui impose une disposition mentale favorable au développement. Le mental béninois, affirme l’auteur, est englué, enroué par des considérations historiques et sociologiques qu’il faut évacuer. L’auteur parle en termes de pauvreté mentale, de sous-développement et de mal développement mental. Tout ressemble, selon lui, à un mur mental érigé qui barre toute perspective d’élévation aux peuples africains. Le diagnostic énonce une sclérose avancée marquée par un immobilisme prononcé et une absence de modèle au niveau de l’élite. « Le paradoxe est que l’élite béninoise est un génie à l’extérieur. Mais, dès qu’il entre, ce génie s’évapore. Les Béninois souffrent en partie de sous-développement mental et de mal développement mental avec une destruction massive de la pauvreté.  La pauvreté mentale accentue la pauvreté matérielle », a  fait sa-voir le conférencier. Il faudra donc enlever cette grosse paille et délivrer les peuples. Pour y parvenir, il propose 4 axes essentiels. La  réforme de l’éducation, la réforme de l’administration, la réorganisation de la jeunesse et l’autonomisation de la femme. Au-delà d’un engagement intellectuel manifesté à travers plusieurs publications, Moise Kérékou affirme être plus que jamais prêt pour un activisme prononcé. Ceci se fera, déclare-t-il,  par une révolution  silencieuse.
 HA