Spread the love

IDJI-ET-ABIOLAAprès les cérémonies de pose de première pierre, le 1er Février 2013, et le lancement des travaux de construction des infrastructures prioritaires de l’Université d’Agriculture de Kétou le samedi 30 août 2014 par le Président de la République, le député Antoine Idji Kolawolé a observé que rien a bougé sur le terrain. Dans une question écrite et adressée au gouvernement de Boni Yayi hier 24 Août 2015, le député de la 22e circonscription électorale invite le Vice-Premier Ministre François Abiola à venir s’expliquer au Parlement.

Etendue sur une superficie de plus de 800 hectares, les prioritaires de l’Université Agricole de Kétou financées avec l’appui du Fonds saoudien, dont le lancement a été fait par Boni Yayi le 30 Août 2014 peinent depuis à sortir de terre. Prévues pour abriter huit unités de formation régionale notamment : les sciences et techniques de production végétale ; le génie rural et de machinisme agricole ; les sciences et technologies agro-alimentaires et nutrition humaine ; les pêches et aquaculture ; les sciences et techniques de production animale ; l’économie et la gestion des entreprises agricoles ; la maîtrise et la gestion de l’eau et de l’énergie et enfin la foresterie et la gestion de la faune, ces infrastructures semblent à l’heure actuelle être à l’étape de projet. La situation préoccupe l’élu de la localité, Idji Kolawolé. Ainsi par une question écrite, le député demande au gouvernement de fournir des explications sur le statu quo observé dans la gestion du dossier. En effet, cette initiative a pris corps avec la volonté du gouvernement de Boni Yayi d’accompagner par la formation et la recherche, le programme de la relance agricole au Bénin. L’Université d’Agriculture de Kétou est un ambitieux projet estimé à plus de 90 milliards de francs CFA (180 millions USD) à cheval entre les localités de Kétou, de Sakété et d’Adjohoun, y compris la ferme agricole de l’université. Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique confiait à Xinhua (la plus grande et la plus ancienne des deux agences de presse nationales chinoises) que : « Le but visé par le gouvernement béninois à travers la création de cette Université d’Agriculture, est d’améliorer les performances de l’Agriculture béninoise, pour la rendre capable d’assurer de façon durable la souveraineté alimentaire et nutritionnelle et de contribuer au développement économique et social du pays ». Il est donc attendu du Vice-Premier Ministre, d’exposer dans les tous prochains jours les fruits portés par cette ambitieuse et belle déclaration.

Inès Zounnon