Spread the love
Sévérin Adjovi, ex maire de Ouidah
Sévérin Adjovi, ex maire de Ouidah

Le suspens reste entier pour ce qui est du   successeur de Séverin Adjovi à la tête de la mairie de Ouidah. Les conseillers réunis dans l’après-midi de ce vendredi 14 juillet 2017 sous la supervision du préfet de l’Atlantique pour l’élection n’ont pas pu procéder à ladite élection.

C’est l’interprétation des textes  qui a opposé les conseillers réunis pour l’élection du successeur de Séverin Adjovi à la tête de la commune de Ouidah. L’élection n’interviendra finalement qu’après recours de la cour suprême. Selon l’article 400 du code électoral, le maire doit être issu  du parti majoritaire mais au niveau de l’article 405 du même code il est dit que pour des raisons de décès par exemple ou n’importe quelle autre raison d’indisponibilité du maire, le nouveau maire doit être élu parmi les conseillers communaux. Pour le chef de l’arrondissement de Djègbadji, Dénis Amoussou Ahouandjinou « Du moment où il s’est passé quelque chose et qu’un groupe majoritaire à été constitué et œuvré pour la destitution du maire, nous estimons qu’un autre groupe majoritaire est créer et donc existe. Nous ne disons pas que le maire qui doit être élu doit forcément sortir de cette nouvelle liste majoritaire mais parmi les conseillers, toute tendance confondue » Face à cette difficulté, la séance de l’élection du nouveau maire de Ouidah a été suspendue. Après concertation, les conseillers présents ont décidé de consulter  le juge administratif de la cour suprême pour situer les uns et les autres d’où le report de ladite élection. Pour rappel, l’ex maire de Ouidah a été destitué le vendredi 30 juin dernier avec 15 voix pour et zéro contre. Une première tentative de destitution avait échoué le lundi 6 février 2017 après la signature d’une motion de déviance par les douze (12) conseillers sur les dix-neuf (19) que compte la commune de Ouidah. Il est notamment reproché à Sévérin Adjovi une gestion « clanique et solitaire ».

Marcus Koudjènoumè