Spread the love
Valentin_aditi_houdé
Valentin Houdé reste et demeure le président de l’And

Le Bureau exécutif nationale de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (And) était face à la presse hier mardi 27 octobre 2015 au Sun Beach Hôtel. Valentin Aditi Houdé qualifie d’illégale la décision de destitution prise à son encontre à Dahè. Il s’agit, selon le bureau, d’un acte qui doit être sévèrement sanctionné.

« Valentin Aditi Houdé reste le Président de l’And ». C’est ce qu’on retient de la sortie du Bureau exécutif de l’alliance hier au sortir de leur session extraordinaire des 26 et 27 octobre 2015. « Je tire ma légitimité du congrès et de l’Assemblée constitutive de l’And. Si les gens sont incapables de lire les textes, cela ne m’engage pas et n’engage aucun membre du bureau exécutif de l’Alliance », a déclaré Valentin Aditi Houdé. Pour le Vice-président et chargé de communication de l’And, Nazaire Dossa, ces 10 signataires provenant de 7 partis politiques n’ont aucune légitimité pour décider secrètement au nom de la quarantaine de partis et mouvements politiques que compte l’Alliance. Il s’agit, selon lui, d’un non événement, un acte hautement illégal dénué de toute objectivité. Pour Nazaire Dossa, l’acte de Dahè est le couronnement d’une série de manœuvres orchestrées depuis un certain temps par ce groupe qui ne cache plus sa haine à l’endroit du député Valentin Houdé, questeur de l’Assemblée nationale. Il a cité successivement le coup politique de 3 des députés de l’And au cours de l’élection des membres du bureau de l’Assemblée nationale, les manœuvres de modification de la liste And à la Céna par Barnabé Dassigli au cours des récentes élections communales ainsi que son obsession à imposer à l’Alliance le choix du maire de la commune de Zè. Egalement, il a rappelé le voyage effectué par un groupe des signataires pour conclure des accords au nom de l’Alliance et à l’insu du bureau exécutif. Tout ceci constitue, selon lui, des actes graves commandités par Barnabé Dassigli qu’il qualifie de cerveau N°1. Pour Valentin Houdé, ce dernier est appâté par l’argent et est prêt à tous les coups fourrés pour créer des dissidences au sein du Parti. L’acte de Dahè en date du 25 octobre constitue, à l’en croire, la suite logique des cabales contre sa personne. Mais, il se dit prêt à mener jusqu’au bout la bataille. « Le combat est engagé. Nous sommes prêts à répondre à tous. Nous n’avons peur de personne », a-t-il déclaré.

 HA