Spread the love

nicephore-sogloL’ancien président du Bénin, Nicéphore Soglo est heureux de l’issue judiciaire de l’affaire de 18 kilogrammes de cocaïne pure. Il l’a fait savoir dans une confidence. Pour celui que les bantoustans ont surnommé Hercule, l’honneur du Bénin passait avant toute autre considération.

Sentiment de satisfaction d’avoir contribué à la résolution d’une affaire politico-judiciaire. Tel est celui du président Nicéphore Soglo, ancien chef d’Etat de la République du Bénin. L’ancien administrateur de la Banque mondiale et premier ministre élu à la Conférence nationale du Bénin a pesé de tout son poids pour que l’honneur de son pays retrouve son vermeil. Pour Nicéphore Soglo, cette affaire dite de « cocaïne pure » visait à déstabiliser le Bénin par l’entremise de deux alliés ayant pour profession les affaires et ayant pris part à la dernière élection présidentielle. Se référant à la situation catastrophique de la Côte d’Ivoire au lendemain du décès du président Félix Houphouët  Boigny, Nicéphore Soglo, le vice-président du forum des anciens chefs d’Etat et de gouvernement de l’Afrique, créé sous l’égide de feu Nelson Mandela, du haut de ses expériences, a estimé connaître l’origine de telles manifestations. La françafrique, cette hydre fabriquée par le penseur de Charles de Gaulle et de ses successeurs, a mille et une stratégies pour diviser l’Afrique et la maintenir dans la paupérisation. C’est d’ailleurs ce qu’écrit le professeur Joseph Ki-Zerbo dans son ouvrage « A quand l’Afrique ? » Ki-Zerbo dit en effet, « la France depuis le temps du général Charles de Gaulle, a gardé des liens très directs avec les dirigeants politiques et les chefs d’Etat africains. Et puis, il y avait les réseaux du Monsieur Afrique de Charles de Gaulle et de Georges Pompidou, Jacques Foccart. Le président Soglo qui a été victime des agissements de ce système mafieux de la Françafrique en 1996, connaît bien toutes ces réalités. Voilà pourquoi, il a pesé de tout son poids dans l’affaire de cocaïne pure qui a fait retenir le souffle aux Béninois durant huit jours. De la drogue retrouvée dans un conteneur transportant des commandes de produits de volailles appartenant à Sébastien Ajavon, 3ème d’une élection présidentielle, il fallait, à en croire Nicéphore Soglo, un mauvais arrangement qu’un bon procès.

Jean-Claude Kouagou