Spread the love
okounlola-rachidi-et-kassa
Les députés Fcbe refusent l’opposition

Inconditionnels soutiens de l’ex chef de l’Etat, Yayi Boni, les députés des Forces cauris pour un Bénin émergent et leurs alliés sont sortis de leur mutisme à travers une déclaration rendue publique  après un séminaire auquel ils ont pris part à Grand-Popo, mercredi 20 juillet. Première sortie officielle après l’élection du président de la République, Patrice Talon, cette messe a révélé leurs intentions de soutenir le régime de la Rupture à condition que les actions menées aillent dans le sens de l’intérêt général.

Rachidi Gbadamassi, André Okounlola, Barthélémy Kassa, Octave Houdégbé, Valentin Djènontin, Garba Yaya, Adam Bagoudou, Simplice Codjo, Benoît Dègla, Nouhoum Bida, Idrissou Bako….C’était la petite messe à Grand-Popo hier. Réunis sous le couvert de l’Intergroupe parlementaire baptisé « Les Républicains »,  les députés Fcbe et leurs alliés ont procédé à une analyse minutieuse et approfondie de la situation sociopolitique du pays. Ils ont estimé qu’ils ne sont pas en mesure de déclarer leur opposition au président Patrice Talon. Et pour emprunter la phrase qui retient l’attention au député André Okounlola, chef de file de l’Intergroupe, on relève   qu’il  ne suffit pas de perdre les élections pour se déclarer opposant à leur concurrent sorti vainqueur. Ayant reconnu que leur candidat a perdu les élections et qu’ils sont tenus de se plier devant le verdict des urnes, ils sont conscients que le régime en place a beaucoup de défis à relever. Plutôt que de déclarer qu’ils sont de l’opposition ou de la mouvance, ils préfèrent exprimer leur disponibilité à accompagner le gouvernement dans l’exécution de son programme, dès lors que les actions participent au renforcement et à la sécurité humaine, au progrès social et économique. Voilà qui est clair, l’intergroupe des députés Fcbe et alliés sont prêts à soutenir le régime en place. C’est un appel qu’ils viennent de lancer, et le chef de l’Etat devrait désormais s’assurer qu’il pourra avoir une majorité confortable à l’Assemblée nationale, puisqu’il s’agit de la position des députés. Depuis qu’il y a eu éclatement, puis reconstitution  des groupes parlementaires, l’on voyait tout cela venir. Conséquence, Patrice Talon pourrait gouverner sans une opposition forte.

FN    

 André Okounlola : « Nous sommes prêts à accompagner »

 Nous ne pouvons pas tout de suite dire que nous sommes de l’opposition ou que nous sommes de la mouvance. Néanmoins, nous avons une position responsable qui est la suivante : nous sommes des élus du peuple, nous sommes des députés élus par le peuple. Il y a beaucoup de défis à relever, beaucoup d’attentes de nos électeurs. Et tout comme le peuple béninois, nous sommes sortis d’une élection où à 65% le président Patrice Talon a été porté à la tête du pays. Il est venu avec un programme. Nous avons été battus par le choix de notre candidat. Nous sommes dans l’obligation donc d’accepter le verdict des urnes et de le regarder faire. Il y a une période de grâce. Cette période de grâce, nous avons l’obligation de la donner à ceux-là qui nous ont remplacés au pouvoir. Et c’est cette période que nous sommes en train d’observer. Nous observons si les actions qui seront posées par le gouvernement du président Patrice Talon vont dans l’intérêt supérieur général de nos populations. Si c’est pour le bien-être de nos populations, il n’y a pas de raison que nous disions que nous sommes contre ou opposés. Mais par contre, s’il y a des actions qui sont posées contre l’intérêt du peuple, les Béninois vont nous entendre. Mais dans toute démocratie, il y a toujours ce qu’on appelle la période de grâce. Aujourd’hui, nous avons effectué notre première sortie. Nous continuons à observer. Dès qu’il y a une situation où il faut dénoncer, nous sommes prêts à dénoncer. Dès qu’il y a quelque chose qui va dans le sens de l’intérêt du peuple, nous sommes prêts à accompagner.

 Propos recueillis par Abdourhamane Touré

 

Communiqué final

 L’intergroupe parlementaire « Les républicains », regroupant les députés Fcbe et alliés, réunis à l’hôtel Bel Azur à Grand-Popo, dans le cadre de la première journée parlementaire, rend public le communiqué ci-après.

Les résultats de l’élection présidentielle du 20 mars 2016, ont clairement montré la volonté du peuple béninois de faire une nouvelle expérience politique dans sa quête d’une démocratie continue de progrès social et économique avec la coalition de la Rupture portée par le président Patrice Talon. Conscient de la souveraineté du peuple, l’intergroupe « Les républicains » à l’Assemblée nationale, profite des présentes assises pour renouveler ses félicitations au président Patrice Talon en lui souhaitant du meilleur durant son mandat à la tête de notre pays. Par la même occasion, le groupe rend un vibrant hommage au docteur Boni Yayi pour son parcours exceptionnel, son sens républicain, son engagement volontariste et désintéressé au service de la cause commune, son esprit militant et démocratique qui l’ont caractérisé durant les 10 ans de sa gouvernance. Les députés membres de l’intergroupe ont vécu avec le peuple béninois, les 100 premiers jours du gouvernement de la Rupture et considèrent comme baptême de feu au cours duquel le président Talon a donné l’orientation de son mode de gouvernance. Même si certaines actions sont satisfaisantes pour le renforcement de notre démocratie, d’autres par contre, méritent à ce que nous parlementaires, soyons très attentifs. On peut citer par exemple, l’abrogation, l’annulation et la suspension de certains acquis sociaux économiques préoccupants tels que les projets routiers. De même l’insécurité galopante constitue un sujet de préoccupation majeure. Le groupe des députés Fcbe et alliés, tient à rassurer tout le peuple béninois et en particulier nos militants, de son engagement à demeurer une équipe de veille stratégique et permanente pour un meilleur contrôle de l’action gouvernementale. A cet effet, le groupe exprime sa disponibilité à accompagner le gouvernement dans l’exécution de son programme, dès lors que les actions participent au renforcement et à la sécurité humaine du progrès social et économique. De la même manière, l’intergroupe est résolument déterminé à se démarquer et à dénoncer toute action attentatoire à l’unité nationale et à l’intérêt général.

 Fait à Grand-Popo, le 20 juillet 2016