Spread the love
wp-babajeje
Le rappeur Wp-babajèjè agressé suite à son single à Porto-Novo

L’artiste W-p Babajèjè a été agressé par un groupe de 4 vils individus lundi 24 octobre dernier dans son quartier Djassin Houenvié. Cette infortune dont il est victime fait suite à son single « Porto-Novo » qui dénonce les misères de la ville Capitale. Depuis lors, il agonise dans l’indifférence des autorités, en l’occurrence celles de la culture.

Les menaces incessantes proférées à W-p Babajèjè ont fini par se concrétiser au grand dam de l’artiste rappeur dont le seul crime est d’avoir chanté pour dénoncer l’aspect déshonorant de Porto-Novo. Alors qu’il sortait pour s’acheter un rafraichissant, W-p Babajèjè a été intercepté par 4 individus à moto qui semblaient vouloir échanger quelques politesses avec lui. Après avoir répondu à leur délicatesse, il les a à peine dépassés quand ceux-ci l’ont roué de coups. Accablé de douleurs, W-p Babajèjè a dû se mettre sous soins. Il en porte toujours les séquelles. « Je me sens très mal physiquement. J’ai reçu de violents coups au niveau de mon épaule. Je recevais des menaces depuis la période des élections. Et depuis que ce single « Porto-Novo » est sorti, je n’ai plus la paix », a-t-il expliqué. Il n’a reçu jusque là aucun soutien des autorités de la maison Culture. Mais l’artiste reste fier et digne. « Tout le monde voit ce qui se passe mais ne veut pas le dire. Personne ne va m’empêcher de faire ce que je fais. Tant que ma langue tournera, je parlerai toujours. Je continuerai à chanter », rassure-t-il. Mais en fait, qu’y a-t-il d’aussi préjudiciable dans son single pour inciter un tel acte violent ? Dans le morceau « Porto-Novo », l’artiste a affirmé que la capitale est oubliée délaissée : pas de routes dignes de la ville, que des voies pavées en dégradation, la construction du siège de l’Assemblée nationale en chantier depuis des années, la place de l’Indépendance délaissée au profit des réceptionnistes… Il réclame alors qu’on accorde à la ville ce qu’elle mérite en qualité de capitale. Pour l’artiste Fikira Babatundé, qui dit apprécier le single, les choses qui ont été dénoncées sont justes. Selon lui, la capitale a besoin que tout le pays lui accorde l’attention nécessaire. Il a fustigé l’agression injuste dont est victime son collègue. « Je pense qu’on est dans un pays où il y a la liberté d’expression et on devrait pouvoir donner son avis », a-t-il ajouté.
APA