Spread the love
charlestoko
Le maire Charles Toko a pris des mesures urgentes

D’énormes dégâts matériels ont été enregistrés en fin de semaine écoulée dans certaines écoles primaires publiques de la ville de Parakou. A l’origine, une tornade. Face à ce désastre, l’équipe municipale avec à sa tête le maire Charles Toko, est allée constater et évaluer ces dégâts en vue de prendre des mesures urgentes.

Au total, ce sont trois écoles primaires publiques de la ville de Parakou qui ont été touchées par cette pluie diluvienne. Il s’agit des établissements primaires publics de Camp Adagbè, Banikani 1 et Gournin. La tornade a emporté les toitures de plusieurs modules de classes dans ces écoles. La destruction des classes dans les écoles de Camp Adagbè et Banikani est plus patente. Pour  Abraham Sèwanou, Directeur du groupe A de l’école Banikani 1, les autorités attendent toujours le pire avant de réagir. Ce chef d’établissement a laissé entendre qu’il a adressé des demandes de construction et de réfection des salles de classes. Selon lui, ces demandes sont restées sans suite jusqu’à aujourd’hui. Il a déploré le fait que son établissement continue d’abriter des appâtâmes qui ne sont plus en bon état. Conséquence, les activités pédagogiques sont au ralenti. Les autres salles de classe étant déjà en effectif pléthorique, les écoliers continuent de flâner dans la cour de l’école. Face à cette situation, le maire de Parakou, accompagné des cadres de son cabinet,s’est rendu dans ces établissements. Charles Toko a, séance tenante, donné des instructions fermes. La direction des services techniques de la mairie de Parakou est déjà à pied d’œuvre pour que les réparations soient enclenchées dans un bref délai.  Ibrahim Chabi Mama, premier Adjoint au maire de Parakou et membre de la délégation, a fait savoir que l’autorité municipale a ordonné  qu’au-delà des constats et évaluations liés aux dégâts occasionnés par la pluie, il soit construit de nouveaux bâtiments à l’école de Banikani qui manque cruellement de salles de classe.
Alexis Ogoubi (Stag