Spread the love
moutiatou_t.
La présidente de l’Ordre des pharmaciens, Moutiatou Toukourou salue l’audace de Talon

L’Ordre national des pharmaciens du Bénin veut accompagner,  sans réserve,  le gouvernement dans la traque aux faux médicaments. A travers un point de presse mardi 7 mars 2017 à son siège à Cotonou, l’ordre a félicité et salué le courage historique du chef de l’Etat.
« Nous soutenons sans réserve l’opération Pangea 9 dans sa phase active. Le peuple béninois peut rassurer le président Jacques Chirac,  qu’à partir du 24 février 2017, date historique dans la lutte contre les faux médicaments au Bénin, son appel contre l’impunité et l’indifférence a été entendu, et l’Ordre des pharmaciens soutiendra sans réserve cette initiative jusqu’à l’éradication de ce fléau, source de misère et frein au développement ».  Ainsi, s’exprimaient les conférenciers lors du point de presse donné l’Ordre des pharmaciens, mardi 7 mars 2017 à Cotonou. Tour à tour, la présidente de l’Ordre, Dr MoutiatouToukourou,  Dr Arthur Gonçalves, et Dr Falilou Adébo, ont fustigé l’inefficacité et l’échec des gouvernements successifs dans la lutte contre les faux médicaments. Saluant le courage du chef de l’Etat, l’Ordre demande au gouvernement d’aller plus loin dans l’assainissement souhaité et attendu dans le secteur sanitaire en général, et en particulier, dans le secteur pharmaceutique. Par ailleurs, rappelle le communiqué de l’Ordre, c’est depuis  le 1er septembre 2016, que le Conseil des ministres, à travers le projet Pangea 9, a réaffirmé la détermination du gouvernement à combattre les trafiquants de faux médicaments. La première étape de cette bataille a été l’organisation de séances de sensibilisation par le biais des médias pour montrer les effets nuisibles de ces médicaments. Il s’agira ensuite de démanteler les réseaux des trafiquants et engager des poursuites judiciaires  contre les personnes  impliquées. Et, pour finir, intercepter, saisir et détruire les stocks de médicaments provenant du trafic  illicite. « Nous voudrions exprimer notre reconnaissance au Président de la République parce que nous avions vécu beaucoup de frustrations et avons souffert dans notre chair, parce que nous n’avons pas cessé de dénoncer le phénomène et d’exprimer notre indignation vis-à-vis des confrères qui se livrent au trafic de faux médicaments », a déclaré Dr Falilou Adébo. Pour sa part, Dr Arthur Goncalves suggère la création d’une agence de médicaments, d’éviter la multiplicité des génériques et de favoriser la baisse des prix pour rendre les médicaments plus accessibles en pharmacie.

W.N