Spread the love
sebastien-ajavon
Le tweet de Sébastien Ajavon relance la polémique sur l’affaire de drogue

Sur son compte twitter, aux environs de 9h hier matin, Sébastien Ajavon, relaxé dans l’affaire de drogue saisie au Port de Cotonou, a révélé que le Parquet a fait appel de sa décision du vendredi dernier. Cette information qui s’est révélée fausse agite la toile et suscite beaucoup de commentaires.

« Sur la relaxe, le Parquet fait appel, la justice fera son travail. Je me tourne vers le quotidien de mes salariés et des sympathisants », écrit le Président directeur général du groupe CajafComon. Avant d’ajouter, un brin désabusé et ironique : « Ce mardi 08/11/2016, nouvelle fouille, avec même des chiens renifleurs. Résultat : Rien. Nul ne peut courir plus vite que la vérité ». Mais, selon plusieurs sources, le Parquet n’aurait pas interjeté appel de la décision de vendredi dernier. Car, dans l’affaire de « cocaïne pure », saisie au Port de Cotonou dans l’un des conteneurs de la société CajafComon, Sébastien Ajavon avait été blanchi. Et ce,  au bénéfice du doute, fautes de preuves suffisantes pour confirmer l’accusation. Mais, alors pourquoi dans ce dossier à polémique et qui a vainement mobilisé l’attention de tout le pays, la semaine dernière, le Parquet tenterait-il de faire perdurer la tension. Interrogé, l’ancien bâtonnier Jacques Migan, a, lui-même,  déclaré n’avoir pas été avisé. Ni lui, ni les autres avocats conseils de l’homme d’affaires, à l’exception de Me Alain Orounla, n’ont été informées. D’ailleurs, du côté du Parquet, l’information qui circule depuis hier sur les réseaux sociaux a étonné plus d’uns. Même réaction du côté de Me Charles Badou, partie civile lors du procès des prévenus. Au niveau du gouvernement, on n’aurait pas jusque-là cerné la logique du patron des patrons. Les uns et les autres souhaitant que la tension baisse, on ne comprend pas qu’une telle décision soit prise, tentant de remettre en cause le verdict de vendredi dernier. Ou, se demande-t-on, quel intérêt Sébastien Ajavon  a dans la poursuite de cette guéguerre ? Nul ne saurait répondre. C’est pourquoi certains soupçonnent le président du patronat de privilégier  une stratégie de la victimisation. Histoire de devenir un héros.

A.T