Spread the love

maxresdefaultL’émission sociopolitique « Cartes sur table » de la radio Océan Fm a reçu dimanche 17 mars 2019, Sèdami Médégan Fagla. Membre du bureau politique et deuxième titulaire sur la liste Union progressiste (Up) dans la 15ème circonscription électorale, elle a opiné sur  l’organisation  des prochaines élections législatives.

Candidate sur la liste Up dans la 15ème circonscription électorale, docteur Sèdami Médégan Fagla ne partage l’opinion selon laquelle la liste de son parti aurait bénéficié d’un traitement de faveur par la Céna pour les prochaines élections législatives. Selon elle, c’est plutôt la qualité du travail abattu par les membres de cette formation politique qui a payé. A l’en croire, la Céna a imposé la même rigueur à tous les partis politiques. «  Il y a eu de l’anticipation, de la préparation, de la rigueur dans le travail qui a été fait. Lorsque la Charte des partis politiques a été promulguée le 17 septembre 2018, à l’Union fait la nation (Un), nous avons démarré la collecte des dossiers des membres fondateurs. Nous sommes allés au congrès avec une organisation qui a été saluée. Après notre congrès, la constitution des dossiers a démarré pour l’enregistrement du parti au ministère de l’Intérieur. Cette rigueur a été imprimée par le présidium de l’Union progressiste notamment le président Bruno Amoussou», a-elle justifié soulignant que c’est une insulte à nos institutions que de dire que l’Up a bénéficié d’un traitement impartial. « La Céna a travaillé conformément aux textes en vigueur. La Céna n’est pas l’institution suprême. Lorsque les autres partis se sont sentis lésés, ils ont porté le dossier à la Cour constitutionnelle. Nous avons aussi eu l’opportunité de suivre les audiences de la Cour. Les avocats des différents partis étaient présents et tout s’est passé dans la transparence. L’ensemble de nos concitoyens a eu le plaisir de suivre cela et une fois que la cour a tranché, le respect de nos institutions par l’ensemble de la classe politique doit être de mise », a-t-elle déclaré. « Des représentants de l’Up qui sont là-bas sont totalement ouverts. Ils participent activement à la recherche de solutions pour aider ceux de l’opposition sortir de la situation délicate dans laquelle ils se sont mis. Ils travaillent à ce qu’il y ait une sortie de crise. Nous leur faisons confiance. Nous n’allons pas faire de pronostics. Attendons que le processus aille jusqu’au bout », a-t-elle laissé entendre à propos de la session de sortie de crise qui s’ouvre au Parlement.

 Léonce Adjévi