Spread the love

cour d'appelAlors qu’il était écouté par la justice dans l’affaire « faux médicaments », Mohamed Atao Hinnouho a orchestré un scénario qui n’a rien à envier aux grandes séries hollywoodiennes. Le montage s’est déroulé vendredi 27 avril 2018 au parquet de justice.

Mohamed Atao Hinnouho, sachant que les prochaines législatives viennent à pas feutrés, n’a trouvé autre formule que de se rendre volontairement à la justice dans l’affaire « faux médicaments ». Fin stratège, l’homme, pour avoir la sympathie du peuple, a tourné un film hors du commun. Il a simulé une certaine bastonnade de la part de la Police Républicaine. Cela, pour se faire une bonne santé politique dans la perspective des prochaines joutes électorales. Sachant que le peuple béninois est compatissant, le député de la 15ème circonscription électorale a juste présenté ce tableau pour corrompre les potentiels électeurs dans le cadre des prochaines législatives. Sinon, comment expliquer le fait qu’il soit rudoyé par les agents de force de l’ordre en se rendant lui-même au juge des libertés.Son scénario a été peut-être inspiré par le retour au pouvoir du Général Mathieu Kérékou en 1996 et par la victoire du président Patrice Talon à la présidentielle de 2016. C’est à croire que Mohamed Atao Hinnouho est allé à l’école de Yayi Boni qui, depuis son départ du pouvoir en 2016 excède dans la comédie. L’homme a peut-être voulu surfer sur le sentiment des Béninois pour se faire réélire à l’Assemblée nationale en 2019. Ce spectacle très émouvant est à la limite ridicule. Il met en relief la capacité des hommes politiques à manipuler le peuple. Sauf que les spectateurs ici sont mûrs. Ils ont déjà découvert ce talent artistique des politiciens et leur promettent une mauvaise appréciation de cette blague. Sa dernière mise en scène est sa comédie de Djeffa. En attendant la réaction de la Police Républicaine, le diagnostic du médecin traitant pour confirmer ou infirmer la thèse de bastonnade est souhaité.

 Odi I. Aïtchédji