Spread the love

charlemagne honfoLe porte-parole du Parti du renouveau démocratique (Prd), Charlemagne Honfo, était l’invité de l’émission « Zone franche » de la télévision Canal 3 Bénin le dimanche 15 avril 2018. Le maire de la Commune de Sèmè-Podji a livré les raisons qui motivent le  parti Arc-en-ciel à soutenir les réformes du Chef de l’Etat, Patrice Talon.

Il est un secret de Polichinelle que le Parti du renouveau démocratique (Prd) est résolument engagé à accompagner les actions du chantre du Nouveau départ. C’est pour évoquer les raisons de ce soutien qui est intervenu au lendemain  de la présidentielle de 2016 que le porte-parole du Prd, Charlemagne Honfo, était sur les plateaux de l’émission « Zone franche » de la télévision Canal 3 Bénin le dimanche 15 avril 2018. Selon l’invité de Naguib Alagbé et de Landry Salanon, la  décision du Prd d’atterrir dans la barque de la mouvance n’a pas été prise sur un coup de tête. A l’en croire, le parti a déjà convenu de ne plus faire l’opposition, quel que soit le candidat qui sera élu. « Nous n’avons fait que tenir parole en soutenant celui qui a gagné l’élection présidentielle de 2016 », a-t-il déclaré tout en ajoutant qu’aucune contrepartie ne motive ce ralliement. « Nous voulons juste bénéficier des bienfaits de la mouvance », a-t-il martelé. Pour étayer son argumentaire, le maire de Sèmè-Podji a indiqué que non seulement deux membres du Prd sont déjà nommés ministres, mais aussi sa Commune profite déjà de quelques infrastructures financées par le gouvernement dont un centre de traitement des déchets. « Très bientôt, l’asphaltage sera une réalité et des routes seront aménagées », s’est-il réjoui. Opinant sur les transformations opérées par le chef de l’Etat, Charlemagne Honfo a souligné que le Prd est d’avis avec la réforme du système partisan. « Il faut aller aux grands regroupements de partis politiques », a-t-il préconisé. Revenant sur la crise qui secoue le pays depuis quelques mois, le porte-parole du Prd a invité les deux parties à prioriser le dialogue et à fumer le calumet de la paix afin de trouver une issue favorable à la fronde sociale. La gestion de la Commune de Sèmè-Podji a aussi meublé les échanges au cours de l’émission. A ce sujet, le numéro 1 de la Commune a laissé entendre qu’il y a eu assez de changements. Par exemple, des routes ont été pavées, des écoles et centres de santé ont été construits et le budget de la Commune est passé de 1,2 milliard à 4 milliards de Fcfa. « Nous sommes à un taux de réalisation d’au moins  70%,  même si la libération des espaces publics a ralenti notre élan », a-t-il  déploré.

 Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)