Spread the love
Georges-Anagonou
Georges Anagonou a opiné sur la dernière sortie de Talon

L’émission « Internationales » de Rfi et Tv5  et « Le Monde » dimanche dernier fait jaser. Le socio-anthropologue, Georges Anagonou, invité sur Canal3 Bénin pour décrypter l’actualité relative à cette sortie médiatique du chef de l’Etat n’a pas hésité à saluer le suspense que garde Patrice Talon sur son éventuelle candidature en 2021.

Au milieu des  records de longévité au pouvoir de certains présidents africains qui frôlent les 40 ans, souvent au gré de tripatouillages constitutionnels ou d’élections dénoncées comme « frauduleuses », le président Patrice Talon a voulu poser le Bénin en exception en limitant le mandat présidentiel à un seul quinquennat. A en croire le sociologue Georges Anagonou, cette réforme permet de libérer le locataire du Palais de La Marina des pressions des partis politiques, des lobbys, des forces économiques et même des électeurs qui agitent l’épouvantail de la sanction par les urnes. Débarrassé de l’obsession de la réélection, le président de la République gouvernerait donc à l’aune de l’intérêt général du pays qui sera le seul contenu de ses politiques publiques. Dans le prolongement de cette idée, le Président ne serait plus dans le calcul politicien et pourrait aisément prendre des mesures impopulaires. Malheureusement, cette réforme n’a pas reçu l’écho favorable du Parlement béninois en avril 2017.

Le principe du mandat unique n’est donc plusd’actualité, confirme l’invité de l’émission décryptage. Selon la constitution du 11 décembre 1990 encore en vigueur au Bénin donne la possibilité au président élu de faire un second mandant constitutionnel s’il en a l’ambition et si le peuple lui renouvelle sa confiance. Ceci, à partir du moment où la réforme constitutionnelle n’a pas abouti. « Dans l’état actuel de notre constitution, la possibilité est donnée à tout président de briguer un second mandat. De ce fait, Patrice Talon est le seul maître de son destin », a renchéri l’invité de Canal 3.

S’interrogeant sur les raisons réelles des agitations de certains hommes politiques sur la question du mandat unique, Georges Anagonou croit qu’en réalité, ils sont importants de savoir si Patrice Talon sera candidat en 2021 ou non afin de se déterminer. Selon lui, pour le bon fonctionnement et l’harmonie de son action gouvernementale, il n’est pas question aujourd’hui que le Chef de l’Etat donne une réponse claire à cette question. Il a salué donc la démarche d’homme averti qu’a menée le président en n’exposant pas le pays à des perturbations alors qu’il n’a fait que deux ans sur les cinq de son mandat. Ses réponses successives « J’aviserai », « Je verrai… », endisent long sur la parfaite maîtrise de l’environnement politique béninois par le président Talon. A Georges Anagonou de conclure que ces réponses sont claires et suffisantes pour la période que traverse le pays.

Les autres questions abordées par le président Talon n’ont pas échappé à l’analyse du sociologue. S’agissant de la question du conflit d’intérêt, Georges Anagonou pense que le président a prouvé sa bonne foi en se désengageant dès sa prise de fonction de toutes ses sociétés. A son avis, le président Talon étant à l’abri du besoin, peut mieux se comporter face aux biens de l’Etat. « Patrice Talon est à l’abri du besoin, c’est un gage pour la bonne gouvernance. C’est en effet ceux qui peuvent faire la chose qui transposent cela sur le président de la République», a-t-il insisté. Georges Anagonou trouve que le président Patrice Talon a mené un débat philosophique qu’il faudra lier à sa conception du pouvoir d’Etat.