Spread the love
Douane
La douane justifie sa décision

Le bénéfice d’exploitation du terminal à conteneurs de la société de courtage de transit et de consignation (Socotrac) par lettre n°773/Dgddi/Dral du 24 août 2011 est suspendu jusqu’à nouvel ordre. De source proche de la douane, cette décision du Directeur général des douanes et droits indirects, Pierre-Claver Tossou, datant du 21 novembre 2016, n’est nullement politique. Elle est la suite logique des conclusions contenues dans le procès-verbal de la découverte de 18kg de cocaïne pure dans un conteneur de gésiers de dinde importés par la société Cajaf Comon pour laquelle opère la Socotrac. « Désormais, toutes les opérations de dédouanement des marchandises de Cajaf-Comon se feront au Port autonome de Cotonou au même titre que les autres entreprises », a indiqué l’interlocuteur joint par notre rédaction. Selon le disciple de Saint Mathieu, ce n’est pas la première fois que la douane suspend le terminal à conteneurs d’une société. De pareils cas sont donc légions à la douane, a-t-il renseigné. Aussi, des agréments de commissionnaires agréés en douane ont-ils été déjà suspendus sans tambour ni trompette par la douane. Dans le cas d’espèce, le commissionnaire agréé de la Socotra est toujours en activité. Au lieu de convoyer les marchandises de la société Cajaf-Comon sur le terminal à conteneurs de Djeffa comme c’est le cas depuis l’entrée en vigueur de la lettre n°773 en 2011, elles seront gardées au Port où toutes les procédures douanières se feront », a clarifié la source.

Serge Adanlao