Spread the love

symposiumLe grand Conservatoire du Vodoun avec l’appui technique de certains acteurs de la société civile a organisé, samedi 18 février 2017 au Palais des congrès, un symposium sur le potentiel touristique des arts Vodoun au Bénin. Cette initiative répond au souci de vulgariser l’énorme opportunité que représentent les arts Vodoun pour l’accroissement de l’économie nationale.

Souvent mésestimés et parfois diabolisés, les arts Vodoun sont un riche patrimoine dont la mise en valeur peut considérablement contribuer à accroître l’apport du tourisme dans l’économie nationale. C’est pour permettre au public béninois de cerner les contours du sujet qu’il a été organisé, samedi dernier, un symposium sur le potentiel touristique des arts Vodoun au Bénin. Il s’agissait, à l’occasion,de sensibiliser les responsables des cultes Vodoun et les promoteurs du tourisme sur le potentiel touristique et économique des arts, de répertorier les atouts culturel, cultuel, historique et géographique du tourisme au Bénin, et d’évaluer les capacités afin de jeter les bases pour une meilleure organisation du tourisme au Bénin. A l’ouverture de l’événement, l’opérateur économique Mathieu Bah, co-président du comité d’organisation du symposium, a indiqué que ledit symposium entend contribuer à une meilleure compréhension des arts Vodoun et à son intégration dans le développement du tourisme au Bénin. Selon lui, la destination Bénin devrait être plus attractive. Pas seulement à Ouidah et les Parcs de la Pendjari ou W. Car, à côté de ces destinations les plus connues, il y a tout ce qu’on peut puiser du patrimoine Vodoun. « En effet, le Vodoun emprunte toutes formes d’arts pour se matérialiser aux humains. L’art est le canal d’expression par excellence du  Vodoun. Il s’est alors développé ce qu’on peut appeler l’art d’inspiration Vodoun ou les Arts Vodoun qui peuvent aller des danses et les rythmes musicaux, les accoutrements, les  peintures sans oublier la sculpture et autres », a-t-il soutenu avant d’annoncer que le présent symposium devra conduire, dans les mois à venir, à une Grande Quinzaine Internationale.« Nous avons un patrimoine très riche à offrir. nous avons une cible de plusieurs millions d’âmes pour qui le Bénin représente beaucoup, nous avons la ressource première de tout développement, la Paix et enfin, une volonté politique qui n’est plus du bout des lèvres. Faire du tourisme un pôle majeur de développement est un objectif de l’Exécutif qui, à travers son Programme d’Actions de Gouvernement 2016-2021, inscrit la redynamisation du tourisme comme un levier de développement. Plus spécifiquement, le gouvernement met un accent sur le développement des arts Vodoun », a renchéri Dah Cyriaque Agbalènon, grand conservateur du Vodoun et co-président du comité d’organisation du symposium.

Un symposium riche en enseignements

Lors du symposium sur le potentiel touristique des arts Vodoun au Bénin, plusieurs conférences sur des thèmes riches et variés ont été animées par des spécialistes en présence d’une assistance faite de sages et dignitaires, d’acteurs de l’industrie culturelle, de représentants d’associations culturelles et artistiques, de chercheurs, d’universitaires, d’auteurs, d’étudiants, de journalistes culturels… C’est le directeur de l’Agence nationale du développement du patrimoine touristique, José Pliya, qui a animé la conférence inaugurale sur le Vodoun et le tourisme. Ensuite, la communication sur « Les arts d’inspiration Vodoun et l’art en général : quels rapports ? » a été donnée par Ignace Yetchenou, Modeste Afama et Ozias Sounouvou, puis celle sur« La gouvernance dans le royaume d’Abomey : quelles leçons pour le Bénin démocratique, Cas du Tôfa » par Gabin Djimasse et Dah Agbalenon. Entre autres, les participants ont eu droit à une projection de film documentaire sur la demande de retour des objets d’arts du Danxomè suivi de débats sous l’égide de Ousmane Alédji, Gabin Djimasse, Dandi Gnanmou.

APA