Spread the love
nazaire-h
L’inspecteur général de la Police, Nazaire Hounnounkpè dans le secret des dieux

La donne a changé, les malfrats devront faire attention. L’arme fatale est discrète et prête à frapper. Sur la chaine nationale hier lundi 5 décembre 2016, les responsables de la Police, de la gendarmerie et des douanes ont exposé les grands axes de la nouvelle politique sécuritaire en gestation.

Le duo Police-Gendarmerie déploie en douce sa machine. Pour le chargé de mission auprès du président de la République pour les affaires de sécurité intérieure, Nazaire Hounnonkpè, les malfrats sont désormais dans le viseur. Les éléments déployés sur le terrain agissent discrètement pour tuer dans l’œuf les velléités de ces hors-la-loi. Le bien ne fait pas du bruit, la démarche sur le terrain, a –t-il affirmé, est méthodique. Selon les explications du cadre de la police nationale, la matrice est fondée sur l’instauration d’un vrai système sécuritaire. La Police est donc un système, pas un coup de chance. « Avant, le pays n’avait pas construit un système de sécurité. On avait fonctionné sur des individualités. La conséquence à ce niveau est que quand les individus partent, la machine chancelle et les malfrats en profitent. Maintenant, on est en train de construire un véritable système qui transcende les individus », a-t-il déclaré. L’idée intéresse, mais que comporte-t-elle en réalité ? Pour le Chef de la sécurité, il s’agit d’une politique générale qui implique à la fois l’Etat et les différentes parties prenantes. L’un des pans de cette politique est la mise en synergie de la police et de la Gendarmerie. L’Etat, pour ce qui le concerne, devra aussi s’impliquer en mettant les ressources, le tout devant concourir, in fine, à mobiliser les agents que sont les forces de l’ordre autour de la mission sécuritaire. Dans ce cadre, a-t-il affirmé, le gouvernement a commencé déjà par jouer sa partition. « Tout est à construire dans le domaine de la sécurité. Le premier pan, c’est la gendarmerie qui a été mise à la disposition de la police. Ensuite, l’Etat, sans attendre, a mis 42 véhicules à la disposition de la gendarmerie en Juin. Il en a mis 42 autres, ce qui fait 84 et 585 motos tout terrain. C’est un effort à encourager », a-t-il déclaré. Toujours dans le cadre de ce nouveau système sécuritaire, le gouvernement continue de s’impliquer résolument à travers la dotation de  chaque unité de son budget d’encadrement,  de fonds de renseignement et de ressources à affecter directement aux unités. « Au cours de la rencontre que nous avions eue avec le Chef de l’Etat, il est revenu sur la question. Il a souhaité que les ressources aillent effectivement aux unités », a-t-il fait savoir. Aussi, il a été également entrepris, a rappelé, Nazaire Hounnonkpè, un maillage du pays en forces de sécurité, toutes choses qui permettent d’éviter la forte concentration notée jusque-là. Pour le Directeur général adjoint de la Gendarmerie, Marcel Adjaho, l’opération Mamba, entre-temps tourné en dérision, est en train de faire des merveilles. «  L’opération Mamba se poursuit. Elle se fait discrète, mais très efficace », a-t-il fait savoir. Plusieurs autres mesures relatives à la lutte contre la transhumance, le rançonnement ainsi qu’à la sécurisation des parcs a été aussi dévoilée au cours des échanges. L’ambition est de construire un système cohérent qui met définitivement fin à la grande insécurité d’ici la fin de ce quinquennat.

HA