Spread the love
adrien-houngbedji
Le président Adrien Houngbédji veut doter le Parlement d’un Pdsma

Sous l’impulsion du président Adrien Houngbédji, une table ronde des Partenaires techniques et financiers (Ptf) de l’Assemblée nationale se tient ce jour à Azalaï hôtel de Cotonou. Ces travaux sont organisés en vue du financement du plan stratégique de développement et de modernisation de l’Assemblée nationale 2016- 2024 (Pdsma).

Le président Adrien Houngbédji poursuit ses réformes à l’Assemblée nationale. Qu’il vous souvienne que dès son élection à la tête du Parlement béninois, il avait exprimé sa volonté d’apporter un certain nombre de réformes au niveau de la représentation nationale. Dans son discours d’investiture le 15 mai 2015 à Porto-Novo, il avait évoqué notamment sa volonté de mettre le leadership de l’Assemblée nationale au service de l’assainissement du système partisan. Il avait également évoqué la nécessité de renforcer les capacités des députés à assurer leur mission républicaine, ce qui induit également le renforcement des capacités du personnel du Parlement. C’est dans l’optique de pouvoir concrétiser cette vision que l’Assemblée nationale, appuyée par le Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud), a commis un cabinet d’experts pour l’élaboration de son Plan stratégique de développement et de modernisation (Pdsma). Le document étant disponible, la représentation nationale se préoccupe de son financement. D’où l’organisation d’une table ronde des Partenaires techniques et financiers. La plupart de ces partenaires au développement surtout des membres du Corps diplomatique ont manifesté un intérêt à pouvoir prendre part à cette table ronde au cours de laquelle, il sera question de voir les centres d’intérêt des uns et des autres sur les neuf (09) axes stratégiques du plan. Le Pdsma constitue une vision non seulement pour la législature en place mais pour celles à venir et qui permettra à l’Assemblée nationale, non seulement de travailler sur des sujets d’intérêt mais également pour son autonomisation et une plus grande contribution à l’action gouvernementale, notamment au niveau du contrôle et du renforcement des capacités des acteurs de l’Assemblée nationale. Le plan se décline donc en 9 axes stratégiques à savoir l’assainissement du système partisan, l’instauration d’une culture d’éthique et de bonne conduite du parlementaire pour une bonne image des élus et du parlement, le développement des systèmes d’information, du numérique et des échanges d’information entre les médias et l’Assemblée nationale, le développement de la diplomatie parlementaire, le renforcement des capacités des parlementaires dans la prise en charge  des missions de l’Assemblée nationale en lien avec les besoins des populations, le renforcement des capacités de gestion administrative, financière et comptable de l’administration parlementaire, l’extension du champ et de la portée du contrôle de l’action gouvernementale et du suivi de l’application des textes de lois, la sensibilisation des parties prenantes à une veille permanente et au suivi des dossiers de corruption et de mauvaise gestion de deniers et patrimoines publics et la promotion du genre et des droits humains au regard des valeurs éthiques, morales de la culture béninoise et universelle. L’exécution de ce plan d’actions se fera sous la supervision d’un comité à deux paliers présidé par le président de l’Assemblée nationale. Il y aura un niveau stratégique présidé par un député nommé par le président de l’Assemblée nationale au sein du bureau de l’Assemblée nationale et un niveau technique et opérationnel présidé par le Secrétaire général de l’Administration parlementaire assisté d’un secrétariat permanent domicilié à la direction en charge des études et de la planification. Cette direction qui n’existe pas encore, devra être créée.

A.T