Spread the love

Talon-Débat-AfricainL’émission « le Débat africain » de rfi a installé ce dimanche matin ses quartiers au Bénin. De passage à Cotonou, l’animateur Alain Foka a reçu trois potentiels candidats à l’élection présidentielle du 28 février prochain. Pendant un peu moins d’une heure, Patrice Talon, Fernand Amoussou et Emmanuel Golou ont exposé leur projet de société.
Le débat houleux que beaucoup s’imaginait n’a pas eu lieu. Dans une courtoisie qui frisait par moment l’ennui, les trois prétendants au fauteuil présidentiel ont exposé plus de similitudes qu’ils n’ont montrées de différences. Toutefois, Patrice Talon s’est montré le plus inspiré. Réfutant la thèse que sa candidature serait une vengeance contre Boni Yayi, l’ancien magnat du coton, a annoncé que la procédure pour son retrait définitif des affaires était en cours ; une façon de répondre à ceux qui craignent un conflit d’intérêts au cas où il accédait à la Marina. L’économie occupe une place de choix dans son ambition pour le Bénin : « Sur le plan économique, il faut impérativement créer les élans d’une nouvelle dynamique. L’état doit être le levier pour l’émergence des initiatives privées, entrepreneuriat ».
Le Général Amoussou mise aussi sur la nécessité de redynamiser l’économie béninoise. « Le progrès économique se construit dans l’apaisement. Il faut donc rétablir le dialogue entre pouvoir public et investisseurs privés », a-t-il défendu. L’ancien chef d’État-major de l’armée met un point d’honneur sur son expérience nationale et internationale pour relever ce défi. Autre annonce forte de sa part, la création d’une banque de l’emploi pour les jeunes chômeurs. Emmanuel Golou est aussi sur la même longueur d’onde. Le président du parti social démocrate (Psd) promet régler la question du délestage en six mois. Il compte sur son expérience en qualité d’ancien ministre de l’énergie pour y parvenir.