Spread the love

talon parisLa rencontre tant attendue Talon-Macron n’a pas encore eu lieu. Beaucoup d’observateurs auraient voulu qu’il en soit autrement, vu les nombreux sujets pressants sur la table des présidents. C’est pourquoi, le président béninois s’est voulu, face à la diaspora ce weekend, rassurant et confiant.

Certes, la rencontre Talon-Macron n’a pas eu lieu pendant la visite du président béninois dans l’Hexagone la semaine dernière. Il serait pour le moment un peu précipité, et aléatoire d’évoquer les raisons justes qui sous-tendent ce que d’aucuns se sont déjà empressés d’appeler « couac diplomatique » sur les réseaux sociaux. Mais, en homme politique avisé, Patrice Talon n’a pas usé de langue de bois, face  la communauté béninoise vivant en France et ailleurs en Europe, avant d’évoquer les raisons de ce rendez-vous manqué. Selon, le président béninois,  tout est dû à un défaut de calendrier. Usant d’humour, Patrice Talon a déclaré sans ambages que chacun a ses braises.  « Je ne peux pas imposer au président français de trouver le calme, la lucidité, le temps qu’il faut pour me recevoir,  alors que moi j’ai programmé ma visite ici sans tenir compte de son calendrier », a—t-il ajouté. Or, ce que beaucoup ne savent pas, c’est que la diplomatie française a suggéré une rencontre Macron-Talon. Rencontre que le président béninois,  ne pouvant honorer,  vu son état de santé, lors d’une de ses premières visites à Paris, après l’installation d’Emmanuel, a décliné. « J’ai programmé de venir à Paris depuis un moment et certains ont dû être informés que j’ai dit qu’il était temps que je rencontre la communauté béninoise de France et des environs. J’ai voulu le faire à la fin du mois dernier,  mais j’ai dû décaler. Pendant mon séjour de mai-juin, j’ai eu un message de l’Ambassade de France au Bénin, qui voulait savoir si durant mon séjour je souhaitais rencontrer le président français élu. Mon état de santé ne m’avait pas permis de répondre favorablement », a laissé entendre le chef de l’Etat béninois. Pour lui, rien de grave n’a encore assombri les relations entre les deux pays. Or, sur les réseaux sociaux, les détracteurs évoquent des causes les plus folles. Allant de Bolloré au franc Cfa, en passant par Zinsou, Aniambossou, Ajavon, ou Dossou-Aworet. C’est pourquoi, Patrice Talon, qui n’a jamais « décrié » les liens séculaires existant entre les deux pays, a rassuré ses compatriotes. « Maintenant, les ministres vont coordonner les choses pour que ça se fasse. Mais, je vous dis qu’il n’y a aucun problème dans nos relations et j’ai échangé avec lui pendant mon séjour», a-t-il ajouté.

W.N