Spread the love

vehicules occasTerre abritant les parcs de véhicules d’occasion, la commune de Sèmè-Podji ne jouit pas pleinement de ce statut. Et pour cause ! Les taxes locales de 1.000 francs Cfa prélevées sur les véhicules d’occasion ne lui sont plus reversées depuis trois ans. Un manque à gagner énorme qui a fait sortir le premier responsable de la ville de son silence. A l’occasion de la Conférence administrative départementale décentralisée de l’Ouémé qui  s’est déroulée mardi 14 août 2018 à l’hôtel de ville de Sèmè-Podji, le maire Charlemagne Honfo a fait savoir que cette situation impacte négativement sur le budget communal. Car le manque à gagner représente plus de 20% des ressources de la commune. De fait, il a sollicité le soutien du préfet Joachim Apity pour la restitution à la mairie, de ces fonds. Autre sujet évoqué par le Numéro 1 de Sèmè-Podji est le sort des vendeurs de bétail de Djeffa déplacés et qui sont sans site réel. Approuvant le motif de l’acte du préfet de l’Ouémé, il a tout de même déploré qu’on déplace le marché de sa commune. « Un marché s’installe de lui-même. Qu’on trouve une formule pour régler ce problème compte tenu de la position de ce lieu commercial vis-à-vis du Nigéria et de l’Ouémé-Plateau », a-t-il déclaré avant d’ajouter que la forte clientèle se retrouve à ces endroits. Il n’a pas manqué de souligner que la résolution de ces problèmes constitue une chance de développement pour la commune de Sèmè-Podji en raison de sa position géostratégique. Par ailleurs, il a remercié le gouvernement pour la récente rétrocession des ristournes du poste de péage d’Ekpè à la mairie. Il a demandé que le processus tienne compte de l’augmentation des coûts de passage. En réponse à ces préoccupations, le préfet a promis d’organiser un cadre de concertation afin d’apporter des solutions aux différents problèmes posés. Il faut préciser qu’après une courte séance de travail avec les différents directeurs techniques, le préfet, le maire et les directeurs départementaux sont allés visiter les sites retenus dans le cadre du projet « Asphaltage ». A ce niveau, les deux autorités ont invité les populations à vite libérer les espaces publics pour le démarrage des travaux.

Joël Samson Bossou