Spread the love

yayi-ajavonLes partis de l’opposition sont fortement attendus dans le nouveau contrat politique que suggère la réforme du système partisan. Ces partis pour la plupart conservateurs et unipersonnels peuvent-ils dépasser la logique du foncier politique pour essayer les grands ensembles ? Difficile équation.
11 partis politiques de la majorité présidentielle se décident de se fondre en un grand parti politique. L’exercice est inédit depuis et  consacre une avancée majeure entamée depuis l’avènement du renouveau démocratique. Le Bénin essaie une expérience politique singulière qui révèle une fusion  et une unité  de vue et  d’action de plusieurs pour la conquête  et l’exercice du  pouvoir d’Etat. La réforme du système partisan chantée à l’unisson sous l’actuel régime prend forme à travers le vote de la loi portant charte des partis politiques. Tout se décline progressivement en actes concrets pour la mise en œuvre de ce dessein qui dépasse le cadre d’élections prochaines mais qui s’inscrit dans une vision futuriste. L’ambition, si elle est conduite avec loyauté restera sans doute une acte majeur dans la réorganisation du paysage politique béninois. Le requiem des émiettements et nomadisme politique sera chanté au grand mépris du commerce politique et au grand bonheur du peuple. À ce niveau précisément on éprouve quelques appréhensions quant à la capacité des partis de l’opposition à réussir cet élan d’union. La question est d’intérêt surtout quand on regarde un peu les partis politiques qui composent ce bloc politique. En  effet ce qui caractérise fondamentalement sur la durée ces partis c’est la tendance unipersonnelle de leur chef à qui tout retourne. Ce sont des partis dont les chefs sont restés les mêmes depuis leur création. Au nombre de ceux-ci il y a un dont le Président et le Secrétaire général sont restés  immuables depuis sa naissance. On se demande même si ce parti respecte la tenue périodique des assemblées générales. Une forme de despotisme à la tête de ce parti dont le leader prône curieusement à qui veut l’entendre la démocratie.  De ces partis politiques il y a celui-là même qu’on ne présente plus pour son caractère familial avéré. Heureusement que certains militants ont refusé l’immobilisme et suscité la dissension pour tuer un peu l’envie clanique mis en œuvre par cette dynastie.  À part les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) qui ont essayé un exercice intéressant dans le sens  du regroupement, tous les autres partis de l’opposition portent la marque déposée d’une vision personnalisée où le chef éternel considère le creuset politique comme son patrimoine. Le dernier en date c’est l’Usl de Sébastien Ajavon. Même s’il affirme être le président d’honneur, tout montre que c’est son parti et qu’il détient les pouvoirs apparents et discrets jusqu’à nouvel ordre. Avec des partis aussi caporalisés qui ne vivent et ne respirent que par leur maître suprême qui détient la vision globale et les moyens, on se demande s’il est possible d’imaginer une éventualité de détachement de ces hommes politiques. Qui de Candide Azanai ou de Sébastien Ajavon peut accepter aussi simplement et facilement s’éliminer pour créer un grand groupe politique ? L’exercice déjà du point de vue du tempérament  des personnages et de la ‘’Real  politique’’ est déjà difficile à réaliser. Oser franchir le pas de la fusion serait un pari complexe à tout point de vue pour les partis de l’opposition. A ce niveau, on ne condamnera pas les pessimistes surtout quand on sait   les idées forces et les pratiques inscrites en tradition au sein de ces ensembles politiques. Il est fort à parier que chacun de ces partis tenteront d’aller de façon solitaire et se positionner chacun en ce qui les concerne en un grand ensemble en s’efforçant de respecter les quotas demandés. L’exercice ne sera pas une sinécure et comme on sait que la règle d’or au Bénin c’est le refus de l’Union et la gloire de la personnalisation, ces partis feront chacun leur fortune mais le plus important reste les résultats. On appréciera le choix des uns et des autres à l’aune du verdict des urnes.

HA