Spread the love

justice1Deux détenus condamnés  hier jeudi 31 mai 2018 au Tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou ont tenté de s’évader à l’issue de l’audience. La course-poursuite a permis aux forces républicaines d’abattre les deux individus mal intentionnés.

Daouda Hama et Soulé Faragah. Ce sont les deux détenus abattus hier au tribunal de première instance de deuxième classe de  Natitingou aux environs de 14 heures 30 mn. Arrêtés pour vol de motos et numéraires avec coups et blessures volontaires, ils ont tenté de s’évader au terme de l’audience qui a décidé de leur condamnation à une peine d’emprisonnement ferme de 24 mois. A l’issue de l’audience, ces hors la loi ont profité du moment de la mise en place du dispositif d’embarquement des détenus pour prendre la tangente. A cause de l’affluence des usagers dans la salle d’audience et dans la cour du tribunal, les forces de sécurité n’ont pu ouvrir le feu. Malgré les tirs de sommation dans la rue du Bureau Régional Atacora-Donga du groupe de presse « Le Matinalé, les deux ne se sont pas rendus. Au contraire, ils ont profité de la présence des populations pour se retrouver dans l’enceinte de l’hôpital de zone de Natitingou. Après avoir escaladé le mur de l’hôpital, ils se sont séparés. L’un d’entre eux a pu franchir la montagne pour se retrouver sur la route de Boukombé. Malgré les injonctions et les tirs de sommation, Daouda Hama n’a pas obtempéré. De facto, il a été abattu. Soulé Faragah, perdu de vue entre temps,  a été rattrapé en brousse grâce à la battue organisée par les militaires du 6ème Bia et des éléments de la police républicaine de la ville venus en renfort aux forces de l’ordre  de la prison civile de Natitingou. Les corps des deux malfrats abattus sont gardés à la morgue du Centre hospitalier départemental (Chd)  de  l’Atacora en attendant l’autorisation du Procureur de la République près le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou pour leur inhumation.

 Hervé M. Yotto