Spread the love
topsecretLes débiteurs dos au mur
 L’opération de recouvrement des créances du Port autonome de Cotonou se poursuit, et déjà plusieurs millions sont engrangés dans la discrétion. Les débiteurs de cette société sont en effet contraints de mettre la main à la poche pour régler leurs dettes par crainte de représailles. Les moyens de pression mis en jeu se révèlent efficaces et méritent de faire école ailleurs. Un exemple : les sociétés dont les noms figurent sur la liste des débiteurs sont interdites d’activités sur la plateforme portuaire. Déjà à l’entrée du port, leurs camions sont refoulés. Dos au mur, elles passent à la comptabilité du Port autonome pour payer l’ardoise intégralement ou partiellement. Un autre exemple: les débiteurs sont mis hors tension du réseau de la Société béninoise de l’énergie électrique, ou encore  sont privés d’eau, par la Société distributrice. Selon nos informations, le Port est déjà à plus de 50% de recouvrement.
 Le roi du poulet demande 1 milliard Fcfa
 1 milliard Fcfa. C’est le montant que le roi du poulet réclame à chacun des journaux contre lesquels il a engagé une procédure de diffamation. Le procès a démarré hier, mais le ministère public a souhaité un renvoi en raison des questions soulevées par la défense. Ces journaux de même que leurs responsables sont poursuivis pour avoir relayé dans leurs colonnes une marche et un  communiqué du Groupement des importateurs des produits congelés. Les deux réactions du Groupement tendaient à dénoncer la concurrence déloyale pratiquée dans le secteur par le roi du poulet. Ses importateurs se disent victimes des manœuvres de l’opérateur économique qui bénéficie de nombreux avantages à lui concéder par le régime défunt. Ce dont il se sert pour écraser les autres commerçants qui disparaissent l’un après l’autre, ou sont obligés de licencier leurs employés. Le roi estime que son honneur a été sali et demande qu’il soit lavé par la justice.