Spread the love

topsecretUn regroupement en gestation

Depuis le rejet par l’Assemblée nationale de la recevabilité du projet de loi portant révision de la Constitution du 11 décembre 1990, des acteurs politiques, en intelligence avec le président des Renaissants, l’ancien ministre de l’Economie et des finances qui a tenu jusqu’à la fin du régime défunt,  le Chantre de la Refondation,  et le roi de la volaille, multiplient les rencontres secrètes dont le but est déjà connu. En effet, auréolés par leur victoire dans la bataille révisionniste, ils estiment que le moment est opportun pour se constituer opposants au régime Talon. L’idée ne date pas d’aujourd’hui, seulement elle est très avancée depuis que le projet de révision a été rejeté. Cependant, les porteurs de cette prochaine union ne parlent toujours pas de la même voix face à certaines décisions à prendre. Par exemple, pour le roi de la volaille, il faut lancer les hostilités dès à présent. Mais, tous ne sont pas de son avis.

Le roi de la volaille a un penchant pour les assignations

La teneur de la plainte du roi de la volaille contre l’Etat béninois  dans l’affaire « 18 kg de cocaïne » laisse apparaître que ce dernier est en difficulté avec ses fournisseurs. Ce dossier qui l’a éclaboussé en novembre 2016 aurait eu des conséquences négatives sur ses affaires, brisant la confiance entre ses fournisseurs et lui. C’est pourquoi, il a assigné l’Etat béninois en lui réclamant une fortune : 250 milliards de francs Cfa au titre de dommages.  Cette  action suscite de sérieuses interrogations. A-t-il été bien conseillé ? Que veut-il  dans un tel dossier où il a été libéré au bénéfice du doute sans oublier que le Parquet a interjeté appel. Déjà, prétextant que son honneur a été entaché par la presse qui a relayé des manifestations des groupements d’importateurs de produits congelés qui l’accusent de bénéficier des privilèges de l’Etat, le roi de la volaille a engagé des poursuites contre des organes. Son  penchant pour les assignations risque d’être des options très risquées pour son avenir politique.