Spread the love

topsecret18 kg de cocaïne, l’appel ne bouge pasOù en est-on dans l’appel interjeté par le Parquet de Cotonou dans le dossier dit trafic de drogue au Port de Cotonou impliquant en octobre 2016, le patron de Cajaf Comon et trois autres personnes? A cette question, certaines sources proches du dossier répondent que ça va prendre un peu de temps pour des raisons non encore connues. Est-ce le temps pour les Magistrats de la Cour d’appel de reconstituer les faits, ou le temps de voir s’installer des Magistrats totalement indépendants ? Bien malin celui qui pourra répondre. En effet, beaucoup d’acteurs de la justice regrettent que le dossier n’ait pu évalué en deuxième instance après l’appel formulé contre la relaxe au bénéfice du doute des accusés en novembre 2016. Dans la même affaire, l’opérateur économique, principal accusé a traduit l’Etat béninois devant les instances supranationales et réclamé 250 milliards de FCfa pour réparation du préjudice causé.
60 députés s’apprêtent à formaliser leur soutien
Ça bouge énormément du côté du Palais des Gouverneurs. Les grands bruits provenant de l’Hémicycle et faisant écho de l’éclatement de plusieurs groupes parlementaires n’empêchent pas les oreilles de capter les indiscrétions. Connu sous le nom des 60 députés de la révision de la Constitution, le Groupe qui a voté en faveur de la prise en considération du projet constitutionnel, proclamera sous peu son soutien indéfectible aux actions du chef de l’Etat. Cette marque de soutien se traduira par une déclaration qui sera rendue publique. Il s’agit pour eux de montrer qu’au-delà de leur position sur la question de la révision, ils se réclament tous de la majorité au Parlement qui accompagnera les actions du chef de l’Etat et de son gouvernement.
L’Usine d’égrenage de Coton de Nikki mise aux enchères… ?
A moins d’un changement de dernière heure, tout est fin prêt pour vendre aux enchères, l’usine d’égrenage de coton de Nikki, appartenant à un homme d’affaires béninois. Selon nos informations, les hostilités vont commencer très  prochainement, plus précisément vers mi-juin 2017. Les documents d’une telle opération sont déjà déposés au Tribunal de première instance de Parakou pour action à enclencher. Pour éviter que le processus prospère, le propriétaire devra débourser la coquette somme de 9 milliards de FCfa. Une équation quasi impossible à la date d’aujourd’hui.