Spread the love
topsecretSyndicaliste aux mains propres et personnage controversé ?
 L’affaire qui défraie la chronique  depuis quelques temps à la Cnss n’évoque pas que le test de recrutement à polémique. Des informations véhiculées dans les coulisses mettraient en cause un leader syndical, pas à propos de cette actualité brûlante, mais concernant sa gestion antérieure au sein du Conseil d’administration. Considéré comme le meneur des actions  dans ce dossier de recrutement controversé, certains estiment qu’il ne devrait pas se présenter en donneur de leçons, d’autant qu’il n’était pas en odeur de sainteté avec ses pairs quand il prenait des décisions qui engageaient la  vie de la structure. Fait important, mais moins polémique, on l’accuse d’avoir placé les fonds de la Caisse dans des banques qui lui ont généré des bénéfices. Accusant lui aussi le gouvernement d’avoir placé l’argent de la Caisse, il lui a été rappelé qu’il devrait la fermer et que c’est la pratique dans la maison. Figure de proue du syndicalisme, admiré de ses syndicats et de l’opinion qui approuve ses convictions, ce personnage paraît controversé avec ses accusations, qui sont d’ailleurs portées à la connaissance du chef de file de sa sensibilité politique.
 
Les 23, 24  et 25 maintenus pour le congrès
 
Le retour au bercail d’un ancien ministre pour renforcer les Réformistes renaissants a éclipsé un autre acte, pas moins important. En effet, les frondeurs du parti des « Houézèhouè » ont tenu une importante réunion lundi dernier. Au cours de cette rencontre qui a enregistré la présence de la première vice-présidente, qui a pris ses distances depuis plus de cinq ans, les membres du bureau politique ont maintenu la tenue du congrès aux dates initialement annoncées, c’est-à-dire du 23 au 25 juin 2017. Cette confirmation met fin à tout espoir du président déchu et de ses soutiens de voir les frondeurs revenir sur leur décision. Sauf cataclysme, l’exclusion du président du parti est irréversible et s’impose à lui. Avec un peu plus de temps, on se rendra compte que les menaces et les réquisitoires de l’ancien couple présidentiel ne sont qu’un coup d’épée dans l’eau. Pendant qu’on s’interroge sur comment ils vont finalement faire, parlant des « propriétaires », certaines informations font état de ce qu’ils s’apprêtent à rendre public un communiqué, pour le moins ridicule. Les heures à venir nous édifieront. Une question reste tout de même sans réponse : le Congrès des Réformistes aura lieu où ?