Spread the love
topsecretDes représailles à l’hôtel de ville
 L’ami de mon ennemi est mon ennemi. C’est le mode de gouvernance qu’a choisi le maire,  qui a toujours  tétine à la bouche. L’enfant à papa et maman qui refuse de quitter le biberon considère que des agents en fonction à la mairie ayant des liens étroits avec les Réformistes dans la crise qui secoue la Renaissance du Bénin comme des indélicats à malmener ou à soumettre à un traitement discriminatoire. Ainsi des agents ciblés sur la base de leur accointance avec l’un ou l’autre des Réformistes renaissants sont sur la liste noire. Les chefs de département  sont instruits pour  agir contre ces cibles. Par exemple,  l’autorité vient de  refuser  de donner son accord pour l’exécution d’une mission en raison de la présence des proches de ses adversaires dans l’équipe constituée à cet effet. Une attitude qui illustre la petitesse d’esprit des hommes qui administrent nos cités.
 Le Dg des marchés toujours en disgrâce
 La sortie de sages et de dignitaires d’Abomey pour apporter leur soutien au Dg des marchés tombé en disgrâce auprès de sa famille, après avoir fait arrêter son chef de collectivité et des membres de sa lignée dans une affaire d’adultère, n’arrange pas les choses. Le ver est toujours dans le fruit. Organisée par le mis en cause à coup de millions, ce théâtre digne d’une offense vient tout simplement aggraver la faute déjà commise et pour laquelle, les vrais gardiens du temple réclamaient contre l’intéressé, un « châtiment » exemplaire et à la hauteur de l’offense. La colère est encore vive dans les esprits et il n’est pas exclu qu’un tribunal familial se constitue pour gérer le dossier. En attendant, des émissaires sont en mission pour étouffer toute initiative devant conduire à l’application du châtiment exigé.