Spread the love
top-secret2017Le maire de Ouidah brandit un certificat d’arrêt de travail
 Coutumier des stratagèmes pour se tirer d’embarras, le maire de Ouidah sur la tête duquel est suspendu l’épée de Damoclès,  n’en finit pas de faire parler de lui. Suite à la décision du préfet de l’Atlantique de  convoquer pour le 30 juin 2017, la session de défiance exigée par 12 conseillers, il a adressé à l’autorité préfectorale dans la journée d’hier, un certificat médical d’arrêt de travail de trois semaines pour compter du 15 juin jusqu’au 5 juillet. Précédemment, il s’était absenté  du territoire national pour raison de santé au cours de la période du 11 au 25 juin inclus. C’est donc à peine rentré de voyage, qu’il s’absente à nouveau. Pendant ce temps, la tension ne baisse pas et les conseillers frondeurs sont déterminés à aller jusqu’au bout de leur action. Le maire usant de tous les subterfuges compte gagner du temps pour briser l’élan de ses opposants. Chaque camp actionne son réseau et ne lésine pas sur les moyens pour gagner la bataille.
 Pression sur le ministère de l’Intérieur
La  crise aux accents majeurs qui secoue  deux grands partis de l’échiquier politique national  affecte également  le ministère de l’Intérieur. D’abord à propos  du dossier de la Renaissance du Bénin (Rb). Ensuite, sur celui du Parti social démocrate (Psd). Il s’agit de la gestion des actes indiquant  les changements intervenus à la tête de ces formations politiques. Le ministère est sollicité pour apporter des éclaircissements. Si en ce qui concerne le Psd, la crise n’a pas encore connu une ampleur comme celle de la Rb, c’est parce que la justice n’est pas encore saisie. Par contre, le dossier Rb pendant devant les tribunaux a déjà atteint son dernier stade et  le ministère de l’Intérieur devient un acteur important auquel  la justice a fait appel avant de trancher. Le Tribunal vient de le saisir à nouveau aux fins de répondre à ses mesures d’instruction. En attendant, le procès reprend le 5 juillet 2017.