Spread the love
top-secret2017Un nouveau projet sous le Nouveau départ
 L’ambition du chef de l’Etat,  c’est de rendre, d’ici à 2021, l’eau potable disponible à tous sur le territoire national. A  ce titre, il  se tient ce jour au Palais de la présidence, sous l’autorité du chef de l’Etat, le lancement d’un projet qui sera exécuté par une structure dénommée Agence de l’eau. Pour concrétiser son rêve, le président de la République a fait confiance à un cadre de la diaspora. En effet, Firmin Migan est pressenti pour diriger l’Agence de l’eau, qui se chargera d’exécuter le projet. Cadre béninois en service à la Banque Mondiale, il a réussi à mobiliser le financement nécessaire du projet et a décidé d’abandonner ses fonctions actuelles pour se mettre à la disposition de son pays. Un exemple de patriotisme qui a mérité la confiance du chef de  l’Etat. Le Nouveau départ multiplie de plus en plus des initiatives pour apporter une solution concrète aux préoccupations des populations. Rien à voir avec le Ppea II.
 Le débat sur Léhady s’installe à la Police
 Le débat sur l’affaire Léhady semble s’installer à la Police, mieux qu’ailleurs. Certains  seraient en train de ramasser les pots cassés des autres. C’est bien ce que les recoupements d’informations laissent croire dans ce milieu. A en croire des indiscrétions, le vendredi 28 juillet dernier, bien avant la perquisition à son domicile, l’ex-maire de Cotonou a été aperçu à bord de son véhicule de fonction  par des agents. Il a pris la direction d’un domicile identifié et compte rendu a été fait à qui de droit. En clair, si c’est pour aller prendre Léhady, beaucoup savent où il se trouve. Au sein de la Police, les agents signalent que les informations nécessaires sont connues  à propos  des derniers déplacements de l‘intéressé de même que sa situation géographique. Ils renvoient la balle de leur camp.
 Un autre maire en sursis
 Sauvé in extrémis à la porte de la prison, le maire de la capitale n’est plus assis sur une chaise confortable. Reconnu coupable de méfaits, il a été libéré des liens de la détention préventive contre le paiement d’une caution. Mais il ne doit pas se frotter les mains, car c’est désormais le suspense autour de son fauteuil. Son parti allié du pouvoir et majoritaire au sein du conseil municipal ne devrait pas tarder à présenter  un autre candidat pour le remplacer.  Cela y va de l’honneur et de l’image du parti et de son leader. Ce dernier a beau être un soutien du régime, mais cela ne saurait être un feu vert du chef de l’Etat à la mal gouvernance dans une administration locale gérée par un parti allié. Selon nos informations, le préfet devrait prendre ses responsabilités en cas de fautes lourdes du maire, mais les deux étant de la même formation politique, le dossier n’a pas connu le même sort que celui de l’ex-maire de Cotonou. Or, pour le chef de l’Etat, on ne peut pas condamner l’un et ne pas blâmer l’autre dans des cas de mal gouvernance. C’est donc en téléchargement.