Spread the love
top-secret2017De 94 à 111 agents pour la Cnss
 
Les autorités de la Cnss ont décidé de porter à 111, le nombre  d’agents à recruter. Après l’annulation du test  à polémique  qui avait ouvert les portes de la Caisse à 94 personnes, il sera question d’augmenter le nombre dans le souci de faire d’une pierre deux coups. Le recrutement portera sur les deux années (2016 et 2017). Tout est encore à l’étape préliminaire avec le lancement de la nouvelle procédure de recrutement d’un cabinet. Mais  des esprits mal intentionnés en mission de déstabilisation ont repris du poil de la bête. Comme à leurs habitudes, ils tentent de saboter le processus, s’en prennent au président du Conseil d’administration, créent  et alimentent la polémique. Ces manœuvres orchestrées n’ébranlent personne, a confié un haut responsable. Selon nos  investigations, la procédure de recrutement du cabinet est conduite dans la plus grande transparence, avec rigueur et respect des principes en la matière. Mieux, le cabinet qui sera recruté ne se permettra pas de faire de n’importe quoi, rassurent les responsables.
 
Bientôt les consultations avec les partis
 
Secret de polichinelle : de retour des congés avec son gouvernement, le chef de l’Etat s’est véritablement attelé à la formation de sa nouvelle équipe et les charges à lui confier pour donner un nouveau souffle à ses projets. A l’évidence, tous les ministres ont un pied dedans et l’autre dehors. Ils ont d’ailleurs échangé avec le chef à propos. Contrairement à ce que souhaitent secrètement  les membres de l’actuel gouvernement,  les choses iront désormais très vite et c’est   ce qu’attendent  les personnalités et partis alliés sensés faire leur entrée dans la nouvelle équipe.  Depuis que le président de la République est rentré, tous s’attendaient à être consultés, mais le maître du Palais de la Marina les a mis entre parenthèses, pour ne pas dire, qu’il a coupé certains contacts afin de composer son équipe dans la discrétion. Tout semble être prêt et c’est l’heure  des négociations. Une chose est sûre ou presque, le président de la République ne compte pas laisser les mains totalement libres aux leaders des partis de choisir leurs représentants au sein de son gouvernement. Son souci, c’est d’avoir des valeurs qui ont la même conviction que lui pour la réussite du Pag.