Spread the love
eric-houndete
Eric Houndété à la conquête du Nord

 Le 1er Vice-président de l’Assemblée nationale a sillonné plusieurs communes des départements du Borgou et de l’Alibori la semaine dernière. Le périple de l’Honorable Éric Houndété a pour objectif de prendre contact avec les différentes couches de la population et de partager avec celles-ci, sa vision d’unification et de paix du Bénin.

Plusieurs localités ont été visitées par le député de l’Union fait la Nation qui nourrit des ambitions pour la présidentielle prochaine. La tournée a commencé par une visite de courtoisie aux autorités municipales de Parakou. Dans ses différentes prises de contact avec les imams, la société civile et les étudiants qui sont sortis massivement l’écouter, le message de l’honorable est resté le même. « Je suis venu faire alliance avec vous et vous témoigner mon engagement. Je voudrais qu’on se donne la main afin de faire une marche ensemble », a déclaré le député Houndété. Face aux populations, le député de l’Union fait la Nation a rappelé qu’on ne peut pas guérir si chacun ne dit pas ce dont il souffre. « Il n’y a pas de solution à parachuter », a souligné l’Honorable qui a, par ailleurs, invité ses militants, amis et sympathisants à rester unis et à s’engager à aller plus loin pour servir le Bénin. Pendant 48 heures, Éric Houndété a sillonné les communes de Parakou, Kandi, Gogounou et Kalalé avec une forte mobilisation de la jeunesse en quête d’emploi et soucieuse de son avenir. Selon les propos du député, 1er vice-président de l’Assemblée nationale, « le Bénin a besoin d’être reconstruit et les jeunes ont besoin de l’espoir ». Dans cette logique, le présidentiable a informé qu’à partir de 2016, les défis de l’éducation à la base, de l’emploi sont urgents. « Croyons en nous et ayons foi en l’avenir », a conseillé le député Houndété. La construction d’une nation ne se fait pas seulement avec les élites, mais par une approche participative. Car, « il n’y a pas de développement sans ressources humaines », a-t-il conclu.

 Clément Dognon

(Br Borgou-Alibori)