Spread the love
SALAMATOU-KORA
Salamatou Kora Panou était au contact des réalités de terrain

Le préfet des départements du Borgou et de l’Alibori était l’hôte des Communes sous sa tutelle, la semaine dernière. La tournée qui, statutairement, entre dans le cadre de l’assistance-conseil a permis à l’autorité préfectorale qu’accompagnaient les membres de la conférence administrative départementale, de s’imprégner des réalités que vivent les communes, et qui minent sérieusement le développement.

Dans toutes les communes sillonnées par Mme le préfet Salamatou Kora Ponou et sa suite, les problèmes soulevés par les maires sont multiples et presque identiques. Il s’agit de l’incivisme fiscal, du manque d’eau, de l’état de dégradation très avancée des pistes de dessertes rurales, des conflits permanents entre agriculteurs et éleveurs, la faible production cotonnière et vivrière. Le récurrent phénomène de l’insécurité qui prend des allures inquiétantes n’a pas été occulté par les élus communaux des deux départements. En face de l’autorité de tutelle, ceux-ci ont aussi évoqué les problèmes d’insuffisance et de retard des fonds que l’Etat alloue aux communes dans plusieurs domaines. Selon les propos d’un maire, le problème d’extension du réseau électrique n’est pas réel. Ceci, malgré l’engagement pris par le gouvernement. Dans le domaine de l’éducation, certains élus ont évoqué le faible niveau d’exécution du budget, le manque d’enseignants qualifiés dans les écoles primaires et secondaires, les grèves perlées qui paralysent le système éducatif et qui concourent au faible taux de réussite aux examens. Mieux, des travaux engagés par le gouvernement sur certains ouvrages sont abandonnés. Sur le plan sanitaire, l’insuffisance du personnel et la vétusté du plateau technique dans certains hôpitaux de zone constituent des préoccupations cruciales pour les populations. Le non-remboursement des agents de santé dans le cadre de la prise en charge gratuite du paludisme et le retard de la mise en place des subventions dans le cadre de la gratuité de la césarienne ont été soumis à l’appréciation de l’autorité de tutelle. Le préfet a rassuré les élus communaux en s’engageant à rendre compte au gouvernement, afin qu’une solution idoine et rapide soit trouvée aux différents problèmes pour un mieux-être des populations.
CD