Spread the love

Ivoires CotonouLes 6 trafiquants d’ivoire arrêtés à Cotonou le 14 juin 2018 par la Police républicaine poursuivront leur séjour en prison. Le Tribunal de première instance de première classe les a condamnés, hier mardi 17 juillet 2018, à 3 mois d’emprisonnement fermes. Chacun d’eux doit payer une amende de 50 000 FCfa et 5 000 000 de FCfa de dommages et intérêts de façon collective. Ils ont été déclarés coupables de commercialisation illégale de 4 pointes d’ivoire pesant environ 6 kg, l’équivalence d’au moins 2 éléphants abattus. En donnant un signal fort aux criminels fauniques par cette décision, le Tpi de Cotonou doit frapper fort en corsant les sanctions contre les ennemis de la faune comme le prévoit la règlementation. En la matière, l’article 154 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin punit de 6 mois à 5 ans d’emprisonnement quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Le Bénin, au regard de ses engagements internationaux relatifs à la convention de Washington de 1973 portant sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, doit veiller au grain pour que les trafiquants de produits fauniques soient punis avec la dernière rigueur. Egalement, il est souhaité que tous acteurs engagés dans la lutte contre la criminalité faunique fassent la veillée d’armes pour enrayer les crimes contre les animaux sauvages. Aux côtés du gouvernement, le programme Appui à l’application des lois sur la faune et la flore au Bénin (Aalf-Bénin) est aux aguets par son appui technique contre la criminalité faunique.

SA